Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2006

Le 'Little Bouddha' de Bara (Nepal)


Caricatures et Sensationnalisme (suite)

Après les caricatures danoises assimilant tous les musulmans à de dangereux terroristes, c’est au tour de la communauté bouddhiste de faire l’objet de campagnes de presse d’une stupidité consternante (voir aussi ici).

Les faits : un adolescent de 15/16 ans effectue depuis mai dernier une retraite méditative, conformément aux prescriptions bouddhistes qui prévoient une durée de 3 ans, 3 mois et 3 jours. Habitant la région, il jeûne en méditant sous un banian, non loin de l’endroit où le Bouddha historique l’avait lui-même fait.

A partir de là, un certain nombre d’esprits simples et/ou mal informés voudraient en faire la 'réincarnation' de Siddharta Gautama. Une affirmation particulièrement stupide, qui montre la parfaite méconnaissance de l’Histoire et des doctrines bouddhistes par les journalistes occidentaux qui propagent cette information. En effet, l’Eveil du Bouddha est censé lui avoir permis d’atteindre le Nirvana, interrompant par définition la chaîne de ses renaissances.
Ram Bahadur Banjan, n’a lui-même, et pour cause, jamais reconnu être la réincarnation de qui que ce soit. Les occidentaux se font par ailleurs une très fausse idée de la transmigration spirituelle, qui n’a en fait rien à voir avec l’idée chrétienne consistant en la ré-incarnation d’une âme une et indivisible dans un corps tout neuf.
A les écouter, tous les pratiquants de techniques méditatives devraient-ils être considérés comme des Bouddhas ? Y compris les moines chrétiens, les yogis hindous, les chamans indiens ou les soufis musulmans ?
On entretient également une grande confusion sur la notion de jeûne. Dans un Occident où une consommation excessive est 'La' règle de vie, on doute de la possibilité de rester très longtemps sans manger. Pourtant, tous les musulmans jeûnent pendant un mois lors du Ramadan, le Carême chrétien est par définition de 40 jours, une grève de la faim peut atteindre 2 mois, et on ne compte pas les périodes d’hibernation de nombreux mammifères. Par ailleurs, le Bouddhisme n'interdit pas de s'alimenter pendant une longue méditation. Au contraire. Toute attitude extrême dans ce domaine serait contraire au principe de "la voie du milieu".

Journaux et télévision ne font que rester à la surface des choses (le poids de mots simplistes et le choc d'images racoleuses), en y plaquant une mentalité occidentale, sans chercher ni à vérifier les faits, ni comprendre la réalité du terrain, ni les espoirs suscités par un fait inhabituel parmi une population pauvre et peu éduquée.
On y retrouve pourtant le même attrait craintif que pour le tirage du Loto ou les larmes des Vierges miraculeuses au Vietnam (Saigon) ou ailleurs.
Le but recherché est seulement le sensationnalisme, pour ébahir les occidentaux avec des faits exotiques. On reste dans le domaine des monstres de foires du 19ième siècle et des expositions coloniales exhibant des 'sauvages arriérés'. Il aurait évidemment été moins vendeur d’expliquer ce que sont vraiment la méditation, le bouddhisme, son histoire et ses traditions.

A noter : selon la tradition bouddhiste, reprise par certains mouvements new-age, le Bouddha du futur (Maitreya) naîtra en occident (les terres de l’ouest) pendant le règne de Shamballa, (vers 2425 après JC) après une période de guerres et de désolations équivalente à l’Apocalypse chrétienne. On a donc encore le temps d’attendre.

Compléments:
> "LeDevoir" (canadien) du 28/11/05.
> "ParisMatch" (français) du 29/01/06.
> "Envoyé Spécial" (France2) du 23/02/06.
> Des réactions sur un blog, ainsi que sur "Bouddhisme et Occidentalité".
> Un peu plus d’infos (en anglais) sur "BuddhistChannel".
> "La Méditation pour les Nuls": pour une approche de la méditation simple et compréhensible par tous.
> Les aspects cliniques et médicaux de la méditation sur "PasseportSanté", "Zen-Deshimaru" et "DeepSound Blog".
> "La Rencontre du Bouddhisme et de l’Occident", pour un récit des incompréhensions occidentales sur le Bouddhisme depuis Alexandre le Grand jusqu’à aujourd’hui.
> Le film "Samsara" : pour une vision plus réaliste de la méditation dans un environnement himalayen. Voir aussi cette critique.

16/02/2006

Campagne 'Stop Pub' 2006 de l’ADEME

Gaspillage de papier: Non Merci!

Chaque année 1 million de tonnes de prospectus, publicités et journaux gratuits non sollicités sont déposés dans les boites à lettres françaises (environ 40 kg par foyer).
Comme pour le spam de nos messageries électroniques, cette avalanche de paperasse part en général directement à la poubelle sans être lue. Elle nous coûte néanmoins très cher, environ 200 € la tonne pour sa collecte et son traitement par la collectivité, sans compter le surcoût des produits qui font l’objet de ces publicités massives.
Il n’existe malheureusement pas en France de réglementation permettant de limiter cette agression permanente.
A l’initiative du ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) diffuse un autocollant 'Stop Pub', analogue à ceux qui sont obligatoires en Europe du Nord. En 2004, lors d’une précédente campagne, 3 millions d’autocollants avaient déjà été distribués, permettant de toucher environ 5% des foyers français. Même si ces autocollants ne sont pas toujours très respectés par les distributeurs, ils apportent néanmoins un progrès sensible, les 2 principales entreprises de distribution, Mediapost (filiale de LaPoste) et Adrexo, s’étant engagées à en tenir compte.
L’objectif de cette année est de toucher 15% de la population, correspondant aux 15% de personnes déclarant ne jamais tenir compte des prospectus distribués par ce canal.
La marge de progression est donc importante, et permettrait une économie non négligeable pour tous les acteurs de la filière.
Malheureusement, les autocollants ne sont disponibles que par l’intermédiaire des collectivités locales, à moins de télécharger et d’imprimer soi-même le modèle fourni, ou d'utiliser ceux qui sont diffusés par certains magasins et associations.
Par ailleurs, vu le peu de publicité faite à cette campagne, on peut douter de son efficacité, à moins qu’elle ne soit relayée par les associations écologistes et anti-pubs.

Compléments :
> Plus d’infos sur le site de l’ADEME.
> Le site des Anti-Pubs.
> l’action des magasins Auchan.

10/02/2006

Le respect du aux prophètes...

« Les groupes des Etats de la Ligue arabe et de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) aux Nations Unies se sont déclarés profondément préoccupés par les développements résultant de la publication des caricatures représentant le Prophète Mohamed sous prétexte de la "liberté d'expression".

Dans un communiqué, diffusé mercredi à New York, le groupe arabe réaffirme ainsi la nécessité pour les gouvernements des pays où les caricatures blasphématoires ont été publiées de condamner officiellement ces dessins et d'appeler leurs journaux à contribuer à l'approfondissement du dialogue entre les civilisations, les cultures et les religions et à réaffirmer leur respect de toutes les religions et les croyances.
"Ceci contribuera à calmer la colère populaire dans les pays islamiques", colère derrière les actes regrettables de violence qui ne correspondent pas aux principes et valeurs de tolérance de l'Islam, souligne le groupe arabe.
Il rappelle encore une fois la nécessité pour l'ONU et la Communauté internationale de remédier au mal qui a été fait à l'Islam et de veiller au respect de tous les religions et prophètes.
Le Groupe arabe appelle également l'ONU et la Communauté internationale à prendre les mesures nécessaires pour garantir que de tels agissements ne se répètent plus jamais à l'avenir et pour en assurer à cet égard l'entière responsabilité aux Etats.
Pour sa part, le Groupe des Etats de l'Organisation de la Conférence Islamique aux Nations Unies a lui aussi appelé dans un communiqué similaire les pays occidentaux à entreprendre des actions pour éviter à l'avenir de telles exactions.
Il a également appelé les manifestants musulmans à la retenue et au calme, une conduite pacifique qui correspond à l'esprit de la religion islamique.
Le Groupe de l'OCI exhorte également les Etats, les organisations régionales, les ONG, les organismes religieux et les médias à promouvoir le respect dû aux religions et à éviter la diffamation touchant les religions, les prophètes et les croyances qui sont de nature à inciter à l'intolérance, à la discrimination, à la haine et à la violence.
» (Aujourd’hui LeMaroc)

C’est bien dit, mais ça serait plus crédible si ce type de discours était accompagné d’actes du même genre.

En mars 2001, les talibans afghans détruisaient les 2 Bouddhas géants de Bamiyan, simplement coupables d’être la représentation d’un être vivant, par ailleurs fondateur, au même titre que Mahomet, d’une des plus importantes religions mondiales.
Les photos des destructions avaient été fièrement affichées dans de nombreux pays musulmans (j’en ai vu au Pakistan en avril 2001) sans provoquer de réactions des gouvernements en place.
On espère donc que les responsables arabo-musulmans en profiteront enfin pour condamner ces exactions, et s’excuser de cet outrage pour toute la communauté bouddhiste.

Compléments:
> Les talibans contre Bouddha sur le site de L'Association Internet pour la promotion des Droits de l'Homme (photos ici).
> La situation en 2002 dans la "Lettre de l’Université Bouddhique européenne".
> Sur "Buddhist Channel": l'aide apportée par les saoudiens et les pakistanais.
> "Les Bouddhas Géants" un film de Christian Frei, sorti en Suisse et au Canada (DVD disponible en décembre 2006).

08/02/2006

Jack Palmer: L'Affaire du Voile

Caricatures et Reflet du Réel.

Caricaturer, c’est grossir le trait pour faire ressortir des défauts préexistants. Ce n’est pas diffamer ou dénigrer, en faisant des amalgames grossiers à des fins partisanes.
L’affaire des caricatures danoises montre que 'la liberté de blâmer', nécessaire à toute société démocratique est parfois confondue avec le droit de faire n’importe quoi aux dépends des autres. Mahomet n’était pas plus terroriste que ne l’étaient Jésus ou Marx. Leurs actions doivent de plus être replacées dans le contexte de leurs époques respectives.
En assimilant l’Islam au terrorisme de certains et en gommant d’un trait de crayon tous les musulmans modérés, les dessinateurs danois ne font que le jeu des extrémistes qu’ils prétendent condamner. Quoi de commun en effet entre un musulman noir américain, un arabe wahhabite, un chiite iranien, un sunnite berbère ou turc, ou les groupes soufis et ismaéliens ? Le respect d’un certain nombre de règles (les 5 piliers) basées sur le Coran. Leurs différences religieuses sont aussi nombreuses que les sociétés dans lesquelles se sont développés et exprimés ces différents courants, reflétant les divers contextes historiques et coutumiers.
On retrouve d’ailleurs les mêmes différences dans les autres religions. Quoi de commun en effet entre des catholiques polonais ou africains, des anglicans, des luthériens, des baptistes américains et autres évangélistes, des mormons, des coptes égyptiens, des arméniens, des orthodoxes grecs ou slaves, sinon le respect d’un (très) petit nombre de règles communes, et la sacralisation d’un livre interprété de façons si différentes.

C’est le mérite de Pétillon de nous livrer dans le style humoristique propre à ses 'Jack Palmer', une nouvelle 'Lettre Persane' sur les petits travers de la société française. Véritable 'Candide', Jack Palmer mène son enquête dans tous les milieux, des salafistes revendicatifs aux imams progressistes, des bobos branchés aux jeunes beurs sans avenir. De même que dans "l'Enquête Corse", il donne la parole à tous, soulignant les incohérences, la mauvaise foi, les extrémismes, les manipulations, la misogynie… Tout le monde en prend pour son grade, mais sans dénigrer personne et sans faire de procès d’intention.
Au final, un album équilibré, prônant la tolérance et l’amour du prochain, la discussion plutôt que l’invective. On est donc plus proche du "Munich" de Steven Spielberg que de certaines caricatures provocatrices et irresponsables.
On lui souhaite autant de succès que pour "L'Enquête Corse", unanimement appréciée aussi bien sur le continent que sur l’île de beauté.

Compléments:
> Interview de Pétillon sur "ToutenBD".
> Réactions musulmanes sur "LeMatin" (Suisse).
> Réactions de dessinateurs sur "LeMonde" (France).
> Le blog de "Michel Edouard Leclerc", PDG des magasins E.Leclerc, sponsor du Festival de BD d'Angoulême.
> Sur EuropeUs: l'affaire des caricatures danoises, ses dessous et leur publication en octobre dans un journal égyptien!.

07/01/2006

7 ans au Tibet: Heinrich Harrer

De la noirceur nazie à la Lumière Intérieure

L'alpiniste autrichien Heinrich Harrer est mort ce samedi à l'âge de 93 ans.
Rendu célèbre par le film de Jean-Jacques Annaud, il était entré dans l'histoire de l'alpinisme en gravissant pour la première fois la face nord de l'Eiger (Suisse) en juillet 1938, en compagnie de 2 allemands et d'un autre autrichien.
A l'époque fervent nazi, il avait été reçu 2 semaines plus tard par Hitler, ravi de ce symbole de coopération germano-autrichienne, 4 mois après l'Anschluss.
Membre du parti nazi et officier SS, Harrer est alors chargé par Himmler d'aller escalader les sommets du berceau de 'la race aryenne'.

La suite est connue par tout ceux qui ont vu "7 ans au Tibet", notamment sa transformation qui le voit devenir précepteur et confident du jeune Dalaï-Lama.
Après sa fuite de Lhassa envahi par la Chine, en décembre 1950, il avait regagné l'Europe, écrit une vingtaine de livres et effectué de nombreuses expéditions d'alpinisme et d'ethnographie dans le monde entier (notamment chez les Papous de Nouvelle-Guinée).

Continuant à voir de temps en temps le Dalaï-Lama, il avait été décoré de la médaille de la 'Lumière de la Vérité' du gouvernement tibétain en exil et devait poser en mai la première pierre d'un Centre Européen du Tibet dans sa commune.

Comme Hergé, passé des groupuscules rexistes à l'humanisme de "Tintin au Tibet", ou Milarepa, criminel passé de la magie noire au plus haut niveau de la spiritualité tibétaine, il est la preuve qu'on ne nait pas mauvais, et qu'il est toujours possible de s'amender après avoir suivi un mauvais chemin.
Un exemple à méditer, alors que certains voudraient imposer des peines de prisons à vie incompressibles, déniant à chacun le droit de revenir sur ses erreurs de jeunesse.

A lire et à voir:
> Condoléances du Dalaï-Lama
> Condoléances du Gouvernement Tibétain en exil
> "7 ans d'aventures au Tibet" de Heinrich Harrer.
> "7 ans au Tibet" de Jean-Jacques Annaud.
> Les "Oeuvres Complètes de Milarepa" traduites et commentées par Marie-José Lamothe.