Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2006

7 ans au Tibet: Heinrich Harrer

De la noirceur nazie à la Lumière Intérieure

L'alpiniste autrichien Heinrich Harrer est mort ce samedi à l'âge de 93 ans.
Rendu célèbre par le film de Jean-Jacques Annaud, il était entré dans l'histoire de l'alpinisme en gravissant pour la première fois la face nord de l'Eiger (Suisse) en juillet 1938, en compagnie de 2 allemands et d'un autre autrichien.
A l'époque fervent nazi, il avait été reçu 2 semaines plus tard par Hitler, ravi de ce symbole de coopération germano-autrichienne, 4 mois après l'Anschluss.
Membre du parti nazi et officier SS, Harrer est alors chargé par Himmler d'aller escalader les sommets du berceau de 'la race aryenne'.

La suite est connue par tout ceux qui ont vu "7 ans au Tibet", notamment sa transformation qui le voit devenir précepteur et confident du jeune Dalaï-Lama.
Après sa fuite de Lhassa envahi par la Chine, en décembre 1950, il avait regagné l'Europe, écrit une vingtaine de livres et effectué de nombreuses expéditions d'alpinisme et d'ethnographie dans le monde entier (notamment chez les Papous de Nouvelle-Guinée).

Continuant à voir de temps en temps le Dalaï-Lama, il avait été décoré de la médaille de la 'Lumière de la Vérité' du gouvernement tibétain en exil et devait poser en mai la première pierre d'un Centre Européen du Tibet dans sa commune.

Comme Hergé, passé des groupuscules rexistes à l'humanisme de "Tintin au Tibet", ou Milarepa, criminel passé de la magie noire au plus haut niveau de la spiritualité tibétaine, il est la preuve qu'on ne nait pas mauvais, et qu'il est toujours possible de s'amender après avoir suivi un mauvais chemin.
Un exemple à méditer, alors que certains voudraient imposer des peines de prisons à vie incompressibles, déniant à chacun le droit de revenir sur ses erreurs de jeunesse.

A lire et à voir:
> Condoléances du Dalaï-Lama
> Condoléances du Gouvernement Tibétain en exil
> "7 ans d'aventures au Tibet" de Heinrich Harrer.
> "7 ans au Tibet" de Jean-Jacques Annaud.
> Les "Oeuvres Complètes de Milarepa" traduites et commentées par Marie-José Lamothe.

11/11/2005

J.O. de Pékin: J - 1000

1936 - 2008, pas de changements

Le 11 novembre 2005 a été l'occasion de dévoiler les mascottes des futurs jeux olympiques d'été en 2008.

Alors qu'on se rapproche petit à petit des J.O. de Pékin, il est bon de rappeler certains faits.

Comme en 1936 à Berlin, l'esprit olympique aura certainement du mal à y souffler.
Les Jeux vont être utilisés par Pékin à des fins de propagande nationaliste, permettant d'affirmer l'accroissement de la puissance politico-économique de la Chine sur la scène internationale.
Pour cela, tous les moyens sont bons.
Outre le dopage des athlètes qui devrait être important, les mesures de répression seront menées à grande échelle. Elles ont d'ailleurs commencé bien avant l'attribution officielle des jeux par le CIO (campagnes "Frapper Fort").
Arrestations arbitraires, exil intérieur, oppression des minorités (ethniques, politiques, religieuses), censure des médias, procès truqués, exécutions de masse, torture, etc. prolifèrent afin de faire 'place nette' à un Pékin modernisé, aseptisé, fait pour en mettre plein la vue aux occidentaux et cacher la répression massive.
Les entreprises européennes (Atos-Origin, Volkswagen, Adidas, ...) ne sont d'ailleurs pas les dernières à essayer de faire du profit (*), en participant à cette propagande de masse (il n'y a pas que les trafiquants d'armes qui soutiennent les dictatures).

Le Boycott de Moscou en 1980 avait pourtant montré l'utilité de la fermeté face à ce genre de situations, et son impact à moyen terme (chute du mur en 1989).

(*) "Les capitalistes nous vendront même la corde nécessaire pour les pendre." (Lénine)

A voir:
> les mascottes officielles
> Le dossier Wikipedia (site par ailleurs censuré en Chine)
> un article de "Epoch Times" (version française) sur la corruption et le dopage des sportifs
> Les Jeux de Berlin (US Holocaust Memorial Museum / Mémorial de la Shoah)
> la position de "Reporters Sans Frontières"
> la position de "Amnesty International"
> L'exposition virtuelle "Un Dessin pour le Tibet" regroupant les dessins de grands (et moins grands) dessinateurs qui témoignent de leur soutien au peuple tibétain.