Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2010

Cinéma 2009

Films 2009Ma Sélection 2009

Comme l'année dernière, petit bilan récapitulatif des films vus cette année.

Environ 25% de films vus en plus par rapport à l'année dernière, signe d'une certaine vitalité de la production, et de l'intelligence de programmation de certaines salles (la carte de fidélité Gaumont doit y être aussi pour quelque chose).
Les bons titres se trouvent dans toutes les catégories (hollywoodiens, franchouillards, indépendants, animation, documentaires, ...) avec une diversité géographique assez remarquable.
On notera avec plaisir certains OFNIs venus de pays rarement présents sur nos écrans (Irlande, Suède, Autriche, Australie, Afrique du Sud, Inde, Kazakhstan, ...) ainsi que la confirmation de la vitalité de l'Amérique du Sud et des cinéastes palestiniens.
Mention spéciale pour les documentaires et les films d'animations qui profitent de techniques nouvelles (3D) ou plus accessibles (caméras DV) pour se ré-inventer autour de sujets intéressants et fédérateurs.
Etonnant réveil du cinéma britanique qu'on n'avait pas vu aussi présent depuis longtemps.
Bref, une bonne année. Pourvu que ça dure.

> Les indispensables (à voir absolument):
. "Brendan et le Secret de Kells" de Tomm Moore.
. "The Chaser" de Hong-Jin Na.
. "Departures" de Yojiro Takita.
. "District 9" de Neil Blomkamp.
. "Frozen River" de Courtney Hunt.
. "Lascars" d'Albert Pereira-Lazaro.
. "Mary & Max" d'Adam Elliot.
. "Millenium" de Niels Arden Oplev.
. "Morse" de Tomas Alfredson.
. "Un Prophète" de Jacques Audiard.
. "Slumdog Millionaire" de Danny Boyle.
. "Le Temps qu'il Reste" d'Elia Suleiman.
. "Tulpan" de Sergey Dvortsevoy.
. "Watchmen" de Zack Snyder.

> Les recommandables (à ne pas rater, éventuellement en DVD):
. "24 City" de Jia Zhang-Ke.
. "Adieu Gary" de Nassim Amaouche.
. "Amerrika" de Cherien Dabis.
. "L'Anniversaire de Leila" de Rashid Masharawi.
. "Après l'Océan" de Eliane de Latour.
. "L'Armée du Crime" de Robert Guédiguian.
. "Avatar (3D)" de James Cameron.
. "Le Bal des Actrices" de Maïwenn.
. "Bienvenue à Cadavres-les-Bains" de Wolfgang Murnberger.
. "Boy A" de John Crawley.
. "Capitalism: A Love Story" de Michael Moore.
. "Che: l'Argentin" de Steven Soderbergh.
. "Che: Guerilla" de Steven Soderbergh.
. "Le Coach" d'Olivier Doran.
. "Le Concert" de Radu Mihaileanu.
. "Coraline (3D)" d'Henri Selick.
. "Des Idiots et des Anges" de Bill Plympton.
. "Eden à l'Ouest" de Costa-Gavras.
. "El Niño Pez" de Lucia Puenzo.
. "L'Enfer d'Henri-George Clouzot" de Serge Bromberg et Ruxandra Medrea.
. "Erreur de la Banque en votre Faveur" de Gérard Bitton et Michel Munz.
. "Espion(s)" de Nicolas Saada.
. "Esther" de Jaume Collet-Serra.
. "L'Etrange Histoire de Benjamin Button" de David Fincher.
. "Evangelion 1.0" de Hideaki Anno.
. "Fais-moi Plaisir" d'Emmanuel Mouret.
. "Une Famille Brésilienne" de Walter Salles.
. "Far North" de Asif Kapadia.
. "Food, Inc" de Robert Kenner.
. "Gens de Dublin" de John Huston (reprise).
. "Gerboise Bleue" de Djamel Ouahab.
. "Good Morming England" de Richard Curtis.
. "Gran Torino" de Clint Eastwood.
. "Harry Potter et le Prince de Sang Mélé" de David Yates.
. "Harvey Milk" de Gus Van Sant.
. "Le Hérisson" de Mona Achache.
. "Il Divo" de Paolo Sorrentino.
. "L'Imaginarium du Docteur Parnassus" de Terry Gilliam.
. "Jaffa" de Keren Yedaya.
. "Joueuse" de Caroline Bottaro.
. "Julie et Julia" de Nora Ephron.
. "Là-Haut (3D)" de Pete Docter et Bob Peterson.
. "Let's Make Money" de Erwin Wagenhofer.
. "Monstres contre Aliens (3D)" de Conrad Vernon et Rob Letterman.
. "Neuilly Sa Mère !" de Gabriel Julien-Laferrière.
. "Les Noces Rebelles" de Sam Mendes.
. "Pandorum" de Christian Alvart.
. "Panique au Village" de Vincent Patar et Stéphane Aubier.
. "Pas d'Orchidées pour Miss Blandish" de Robert Aldrich (reprise).
. "Ponyo sur la Falaise" de Hayao Miyazaki.
. "La Première Etoile" de Lucien Jean-Baptiste.
. "Public Enemies" de Michael Mann.
. "R.A.S. Nucléaire Rien A Signaler" de Alain de Halleux.
. "The Reader" de Stephen Daldry.
. "Revanche" de Götz Spielmann.
. "La Route" de John Hillcoat.
. "Le Ruban Blanc" de Michael Haneke.
. "Le Sens de la Vie pour 9.99$" de Tatia Rosenthal.
. "Sin Nombre" de Cary Fukunaga.
. "Soeur Sourire" de Stijn Coninx.
. "Le Soliste" de Joe Wright.
. "Sri Lanka National Handball Team" de Uberto Pasolini.
. "Still Walking" de Hirokazu Kore-Eda.
. "Sword of the Stranger" de Masahiro Andô.
. "Le Syndrome du Titanic" de Nicolas Hulot.
. "Terminator Renaissance" de McG.
. "Tetro" de Francis Ford Coppola.
. "The Informant" de Steven Soderbergh.
. "The Proposition" de John Hillcoat.
. "Thirst, Ceci est mon Sang" de Park Chan-Wook.
. "Tokyo Sonata" de Kiyoshi Kurosawa.
. "Les Trois Singes" de Nuri Bilge Ceylan.
. "United Red Army" de Koji Wakamatsu.
. "Les Vacances de M.Hulot" (Réédition) de Jacques Tati.
. "Victoria: les Jeunes Années d'une Reine" de Jean-Marc Vallée.
. "Vincere" de Marco Bellocchio.
. "Volt" de Chris Williams et Byron Howard.
. "Welcome to Dongmakgol" (2005) de Park Gwon-Hyeon (séance spéciale au Centre Culturel Coréen).

> Les pas mauvais (à voir éventuellement):
. "Accident" de Soi Cheang.
. "L'Affaire Farewell" de Christian Carion.
. "Astroboy" de David Bowers.
. "Brüno" de Larry Charles.
. "Chéri" de Stephen Frears.
. "Clones" de Jonathan Mostow.
. "Coco avant Chanel" d'Anne Fontaine.
. "Coco Chanel & Igor Stravinsky" de Jan Kounen.
. "Dans la Brume Electrique" de Bertrand Tavernier.
. "L'Enquête" de Tom Tykwer.
. "Envoyés Très Spéciaux" de Frédéric Auburtin.
. "Inglourious Basterds" de Quentin Tarantino.
. "In the Loop" de Armando Iannucci.
. "Jeux de Pouvoir" de Kevin McDonald.
. "Joy Division" de Grant Gee.
. "Jusqu'à Toi" de Jennifer Devoldere.
. "Little New York" de James DeMonaco.
. "Looking for Eric" de Ken Loach.
. "Loup" de Nicolas Vanier.
. "Un Mariage de Rêve" de Stephan Elliott.
. "Memory of Love" de Wang Chao.
. "Micmacs à Tire-Larigot" de Jean-Pierre Jeunet.
. "Milarepa, la Voie du Bonheur" de Neten Chokling.
. "Miss Pettigrew" de Bharat Nalluri.
. "Numéro 9" de Shane Acker. 
. "Parking" de Mong-Gong Chung.
. "Portrait de Femmes Chinoises" de Yin Lichuan.
. "Push" de Paul McGuigan.
. "Religolo" de Larry Charles.
. "Solomon Kane" de Michael J. Bassett.
. "Star Trek" de Jeffrey J. Abrams. 
. "The Box" de Richard Kelly.
. "Une Affaire d'Etat" d'Eric Valette.
. "Le Vilain" d'Albert Dupontel.
. "Walkyrie" de Brian Singer.

> Les déceptions (à éviter):
. "OSS117: Rio ne répond plus" de Michel Hazanavicius.

> Les catastrophiques (à oublier):
. ouf, j'ai réussi à éviter les nombreux navets qui ont trusté la tête du box-office à grand renfort de matraquage publicitaire.

Rappel: la sélection 2008 est .

Par ailleurs, je ne les ai pas (encore) vu, mais je ne désespère pas de les voir un jour:
. "Kinatay" de Brillante Mendoza.
. "Scènes de Chasse en Bavière" de Peter Fleischmann (reprise).
. "Himalaya, le Chemin du Ciel" de Marianne Chaud.

Bonne Année 2010

00:00 Publié dans Actualité, Images, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zen, 2010 |  Imprimer

14/09/2009

Affaire Hortefeux

Raciste envers les magrébins, le nouveau ministre de l'Intérieur ?
On se demande bien qui pourrait bien le croire. Même la LICRA pourtant si prompte à pourfendre tous les antisémites, n'y a rien trouvé à redire !


Il faudrait vraiment avoir l'esprit mal placé pour y voir autre chose qu'une petite blague de potache. Quoique avec un peu de mémoire, on peut se rappeler quelques précédents (merci à Rue89). A quand le Ku Klux Klan invité pour le 14 juillet ?

 

Petit florilège des réactions de vrais humoristes, qui savent bien remettre l'histoire en perspective:

 

Didier Porte:

 

Stéphane Guillon:

 

Les Guignols de l'Info:

 

La Chute:

avec tonton Adolf, qui aimait lui aussi beaucoup les auvergnats (surtout ceux de Vichy).

 

24/05/2009

Théatre de la Ville 2009 (Paris)

Théatre de la VilleLe Roi est Mort, Vive le Roi ?

 

La saison 2008/2009 du Théatre de la Ville s’achève avec un bilan assez mitigé.

Si du point de vue théâtral, d’incontestables réussites (Mefisto fo Ever, Wolskers, Le Retour au Désert, Madame de Sade, Blackbird, Regarde Maman, …) ont voisinés quelques déceptions (Atropa, Le Soleil Ni la Mort, …), la programmation Danse a été beaucoup plus contestable, et contestée.
Dans ce que j’ai vu, hormis les reprises et les danseuses classiques (Inde, ...), on va du simplement correct (Wayn Traub un peu fatigué, Marie Chouinard un peu confuse, Akram Khan un peu perdu, ...) au franchement mauvais (Alain Platel, Jan Fabre, Boris Charmatz, Emio Greco, Maguy Marin, ...). Ce n’est pas très glorieux pour la scène franco-belge.

 

La saison prochaine sera-t-elle meilleure ? J’ai comme un doute...

Comme l’année dernière, la présentation aux abonnés (mercredi 20 mai) a fait la part belle à la Danse, et surtout au Théâtre. Les Musiques du Monde, et plus encore le Classique, ont été sacrifiés par Emmanuel Demarcy-Mota dont ça n’est visiblement pas la tasse de thé. On regrettera décidément le départ de Gérard Violette.

Coté programmation, on prend les mêmes que d’habitude plus les favoris de EDM dans ses précédentes affectations. La volonté d’ouverture vers les Arts de la Scène européens se fait semble-t-il au détriment de l’Amérique du Nord.
Le soutien inconditionnel affiché envers la « création » se traduit par un chèque en blanc fait à certains « auteurs » contemporains, dont on ne juge malheureusement jamais a posteriori le travail, pour voir si les choix effectués étaient pertinents.
On retrouve donc dans le programme les mêmes vieux tâcherons de la saison précédente, qui pourront continuer à faire n’importe quoi sans avoir à se remettre en cause. Tant pis pour les jeunes créateurs européens qui auraient pu avoir besoin d’un coup de pouce pour percer sur la scène parisienne.
Heureusement, on invite un certain nombre d’artistes du Tiers-Monde qui semblent prometteurs. De même, un certain nombre de reprises bien choisies permettront de remplir les salles, et de financer les 90 spectacles programmés, malgré les spectateurs échaudés par les « créations » fumeuses des copains.

L’ouverture vers les enfants (programmes spéciaux, horaires adaptés et ateliers scolaires) et les jeunes générations (tarif réduit pour les moins de 30 ans) est par contre un point à noter et à encourager. Ça permettra peut-être de renouveler le public, dont la moyenne d’âge, étrangers non compris, est plutôt élevée.

 

On regrettera par contre, que l’objectif d’ouverture du théâtre vers le Monde et la création Multimédia, ne s’accompagne pas d’un effort équivalent sur le Web. Pendant 3 heures, on n’a pas une seule fois entendu le mot Internet. Pour toute information, on était prié de se reporter à la brochure papier, ou, audace extrême, à une présentation vidéo qui doit tourner en boucle sur une télé dans le hall d’accueil du théâtre. Comment expliquer un si grand écart entre les buts affichés et les moyens employés ?

On trouvera bizarre également d'entendre qualifier d’« absolument nouveau » le travail de la compagnie Teatro Cinema, alors qu’elle se situe manifestement dans la grande tradition du benshi japonais ou d'une compagnie comme le "Teatro de Ciertos Habitantes". Ça parait assez hallucinant pour l’équipe chargée de diriger une des plus grandes salles parisiennes.




Dans la programmation à venir, j'aurai tendance à recommander:

Théatre/Opéra:
. "L'Opéra de Quat'Sous" (1928) de Bertolt Brecht et Kurt Weill, par le Berliner Ensemble, du 15 au 18 septembre 2009, et du 1 au 4 avril 2010.
. "I went to the House but did not enter" de Heiner Goebbels, avec le Hilliard Ensemble, du 23 au 27 septembre 2009.
. "Sin Sangre" par la compagnie TeatroCinema, du 14 au 19 décembre 2009.
. "Casimir et Caroline" (reprise) de Odon von Horvath, par Emmanuel Demarcy-Mota, du 19 au 24 janvier 2010.
. "Amphitryon" de Molière, par Bérangère Jannelle, du 27 janvier au 12 février 2010.
. "Tori no tobu takasa" d'après "Par Dessus Bord" de Michel Vinaver, par Arnaud Meunier, du 15 au 20 février 2010.
. "Richard II" de Shakespeare, par le Berliner Ensemble, du 8 au 11 avril 2010.
. "Pâvakathakali", marionnettes traditionnelles du Kerala, du 19 au 24 avril 2010.

Danse:
. "Rosas danst Rosas" (1983) par Anne Teresa De Keersmaeker, du 23 au 29 octobre 2009.
. "Pororoca"  par la compagnie Lia Rodrigues, du 25 au 28 novembre 2009.
. "Tempest: Without a Body" par Lemi Ponifasio et la Mau Company, du 27 au 30 janvier 2010.
. "Dance" (1979) de Lucinda Childs, par le Ballet de l'Opéra National du Rhin, du 14 au 17 avril 2010.
. Création 2010 par Sankai Juku, du 26 avril au 4 mai 2010.
. "Beautiful Thing" par Padmini Chettur, du 3 au 5 mai 2010.
. "Bare Soundz" (Tap Dance) par Savion Glover, du 9 au 13 juin 2010.

Concerts:
. 17 Hippies (Allemagne), le 14 novembre 2009, pour l'anniversaire de la chute du Mur de Berlin.
. Renata Rosa et les polyphonies indiennes Kariri-Xoco (Brésil), le 25 novembre 2009.
. En Chordais (Grèce), le 2 décembre 2009.
. Altan (Irlande), les 8 et 9 janvier 2010.
Bunun et Piuma (Taiwan), le 23 janvier 2010.
. Sur la route de Gengis Khan (Mongolie), les 6 et 7 février 2010.
. Majorstuen (Norvège), le 27 mars 2010.
. Musique du Toit du Monde (Tadjikistan, Afghanistan, Pakistan), les 29 et 30 mai 2010.

> La brochure du programme est déjà disponible en pdf.

15/05/2009

Darwin et Bouddha

Darwin and BuddhaDe l'Origine des Espèces à l'Evolution de l'Homme.

Le 12 février dernier a été l'occasion de fêter le bicentenaire de la naissance de Charles Darwin, et l'anniversaire des 150 ans de la publication de son ouvrage majeur: "De l'Origine des Espèces".

Pas besoin de revenir sur l'importance de l'oeuvre du naturaliste anglais et des impacts qu'elle a eu dans la société rigoriste de son époque. Il suffit de voir encore les réactions de tous les extrémistes religieux (juifs, chrétiens, musulmans, hindouistes, ...) qui continuent de le vouer aux gémonies et à défendre farouchement la lecture au pied de la lettre de leurs écrits sacrés.

Côté Bouddhisme, la situation est heureusement plus saine. Le Bouddha historique n'ayant jamais voulu répondre aux questions non liées au Dharma, le canon bouddhiste ne possède pas de théories fumeuses sur l'origine de l'Homme et son évolution.
Le parcours de Darwin et de Bouddha possède par contre d'intéressantes similitudes. Destinés à des carrières qu'ils n'avaient pas choisies (roi, prêtre), ils ont tous les 2 quitté leur famille de longues années pendant lesquelles ils ont élaboré leurs théories qui ont révolutionné leurs époques. Les observations qu'ils ont faites les ont conduit à remettre en cause leur vie, et à rechercher la Vérité de façon méthodique jusqu'à l'obtention d'un résultat inattaquable.

Par ailleurs, les travaux Darwin ne se résument pas à la rédaction de l'Origine des Espèces. Loin des procès d'intention qui lui sont faits sur un plan politique, Darwin a toujours milité pour l'égalité de droit entre les hommes, et la continuité de nature entre l'Homme et l'animal.
Ces pensées sont plus particulièrement développées dans ses ouvrages ultérieurs, "La Filiation de l'Homme" (1871) et "L'Expression des Emotions" (1872).
La réédition de ce dernier ouvrage à l'initiative du psychologue Paul Ekman, le conduit d'ailleurs à signaler les nombreuses analogies entre les vues de Darwin sur la compassion et la moralité, avec les conceptions du bouddhisme tibétain, analogies reconnues également par le Dalaï-Lama (voir articles en anglais plus bas).
La fin du 19-ième siècle est en effet la (re)découverte du Tibet par les occidentaux, et Darwin qui a collationné énormément de preuves pour étayer ses théories n'est apparemment pas resté à l'écart de ce mouvement. Un de ses meilleurs amis, Joseph Hooker, a voyagé jusqu'au Tibet en 1847, et correspondait régulièrement avec Darwin. La femme de Darwin, Emma, était également fascinée par le Bouddhisme. Elle décrivit une fois un petit-fils comme étant le "Grand Lama", puisqu'il était si calme et solennel.

La Sélection Naturelle n'est pas le triomphe du plus fort, comme elle est souvent présentée de façon caricaturale, mais la survie des plus adaptés à leur environnement. L'Altruisme et la Compassion peuvent alors être des stratégies gagnantes pour les populations qui les pratiquent. Une mère qui protège ses petits, un chef de harde qui attaque une meute de prédateurs au péril de sa vie pour permettre au troupeau de s'échapper sont des comportements largement répandus dans la Nature. Toutes les civilisations basées sur la force brute ont fini par s'écrouler, alors que bien des communautés de peuples émigrés traversent les siècles grâce à l'entraide et la solidarité entre leurs membres.

Darwin Bearded BuddhaPourquoi Darwin est-il reconnu comme étant le Grand Maitre de la pensée évolutionniste, alors que les idées qu'il a développé étaient déjà en grande partie dans l'air du temps ? Sans doute parce qu'il a su les systématiser et les présenter d'une façon inattaquable. Il y a eu un avant et un après Darwin, comme il y a eu un avant et après Newton ou Einstein. Brusquement, la porte s'est ouverte sur le soleil de l'extérieur et toutes les autres théories bancales se sont écroulées d'elles-mêmes (malgré les résurgences ponctuelles de certains délires créationnistes, toujours réfutés par les travaux des scientifiques néo-darwiniens).

Il n'y a malheureusement pas grand chose d'intéressant en français sur le sujet, mais on pourra utilement lire les quelques références suivantes (en anglais):

- "Charles Darwin 'may have been inspired by Tibetan Buddhism'", "Charles Darwin the Buddhist?" et "Buddhism seen through the Darwinian lens" sur Buddhist Channel.
- "The origins of Darwin's theory: It may have evolved in Tibet" sur The Independant (UK).
- "Viva La Evolución!" chez Not2wo.
- "Creation Evolution Headlines"
- "The Complete Works of Darwin Online".

En français, le site de référence est celui de l'Institut Charles Darwin International par Patrick Tort, l'auteur de: "Darwin et la Science de l'Evolution" (Découvertes Gallimard).

Voir aussi: "L'Entraide, un facteur de l'Evolution" (1902) de Pierre Kropotkine.

Et perdus au milieu d'une multitude de sites intégristes, les quelques réflexions intéressantes suivantes:
- Association Fabula, contre le communautarisme, l'intégrisme et l'obscurantisme.
- Hominidés, les évolutions de l'Homme. 
- Mute!, matériaux pour une théorie de la Mutation.
- Darwin et la Fraternité.


A signaler également le livre de Charles Fisher: "Buddha's Way Through Darwin's World", présenté par l'auteur dans la vidéo suivante (1h15, chapitrée):



Et pour le plaisir, quelques représentations 'évolutionistes' du Samsara:

Samsara darwinien

 

Samsara bouddhiste
Evolution Darwinienne des Singes