Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2008

Inde des Dieux et des Hommes, de Dominique Rabotteau et Frédéric Soltan

Inde des Dieux et des Hommes6 Pas dans l'Eternité.

En prélude à mon prochain voyage en Inde, un petit coup de projecteur sur une des meilleures séries documentaire jamais sortie sur cette nation.
Consacrée à 6 des plus importants groupes religieux du pays, elle s’attache à en faire connaître les us et coutumes, leurs buts et leurs modes de vie. Chacun des reportages prend place à l’occasion d’une des grandes fêtes de la communauté (certaines n’ont lieu que tous les 12 ans), et se focalise sur quelques personnages représentatifs en les filmant au plus près, sans voyeurisme mais sans complaisance.
Si les commentaires sont peu nombreux, et restent parfois un peu trop descriptifs, ils n’oublient pas de signaler certains faits dérangeants sur l’influence politique de tel ou tel groupe, leurs abus du haschisch, ou les aspects socio-économiques tels que la condition des femmes ou le rapport à l’Argent.

On peux ainsi mieux faire connaissance avec les sâdhus à l’occasion de la "Kumbhamelâ" de Haridwar (sources du Gange), avec les sculpteurs de Calcutta à l’occasion de la fête de Durga, avec les 'acteurs' de Teyyam du Kerala, avec les milices religieuses des Sikhs du Penjab, avec les confréries fakirs (soufis) de Rajasthan à l’occasion de la fête de l’Urs à Ajmer, avec les nonnes jaïns de Shravanabelagola au moment de la Grande Onction.
On regrettera seulement qu’il n’ait pas quelques reportages supplémentaires sur des groupes moins importants numériquement (bouddhistes du Ladakh, chrétiens tamouls ou Bâuls du Bengale par exemple).

En à peu près 6 heures, on apprend énormément de choses, qu’on soit un parfait néophyte en la matière, ou qu’on soit déjà familier avec la mosaïque indienne.
Des témoignages inoubliables et une réussite exemplaire.

Note: 9/10

> Biographie et Interview des auteurs.
> Le site de SanghaProductions.
> Les critiques de DvdCritiques.

Extraits:



15/09/2007

PlanetES (ΠΛΑΝΗΤΕΣ) de Goro Taniguchi

PlanetESEarth Shine, Clair de Terre sur les éboueurs de l'Espace.

Récemment "Sunshine" avait séduit par une bande annonce prometteuse, puis consterné par un scénario stéréotypé faisant évoluer un ‘psycho-killer’ stupide dans un environnement peu crédible (et ça n’était malheureusement pas une parodie). Pour retrouver une ambiance plus réaliste et une histoire qui ne prenne pas les spectateurs pour des demeurés, il faut une fois de plus se tourner vers le dessin animé japonais.

"Planètes" est une série de 26 épisodes qui se situe dans un futur pas très lointain (2075), quand le besoin de ressources énergétiques et minérales nouvelles a nécessité l’établissement de bases lunaires permanentes, et que l’exigence de rapidité des vols transcontinentaux a conduit à la mise en place de lignes extra-atmosphériques. Comme d’habitude, l’activité humaine s’est accompagnée de l’abandon de nombreux déchets, causes possibles d’accidents en tout genre.
D’où l’obligation pour les multinationales autorisées à opérer en orbite, de nettoyer à leurs frais le secteur qu’elles exploitent.
En suivant les membres d’une des équipes de nettoyage, au niveau zéro de la considération dans l’échelle de ces entreprises, on découvre avec beaucoup d’intérêt le quotidien d’un cosmonaute lambda, loin des poncifs grandiloquents qu’ils peuvent avoir dans l’esprit du grand public. A la base de réalisations grandioses, se pose en effet la question des motivations de chacun des éléments de base. Quel but fixe-t-on à sa vie ? Jusqu’où est-on près à aller pour matérialiser ses rêves ? Que faire quand les objectifs de son entreprise entrent en conflit avec les grands principes auxquels on est attaché, ou la survie de ses camarades de travail ?

Là où les studios américains auraient simplifié le scénario à l’extrême, et multiplié les actions héroïques, les japonais s’attachent à détailler toutes les implications d’une vie de l’Homme dans le milieu spatial. Outre les problèmes techniques, humains, écologiques, les scénaristes n’oublient pas de soulever les enjeux politiques, économiques, stratégiques, militaires, les risques terroristes et médicaux, liés à une présence permanente. L’Espace doit-il être réservé à une minorité qui a les moyens d’y aller, ou doit-il profiter à l’Humanité toute entière ? La question n’est pas nouvelle, mais se posera avec encore plus d’acuité lorsque la Lune sera devenue un nouveau continent de la Terre.

Planètes
Un des points fort de la série est également son hyper réalisme scientifique, proche de la SF américaine des années 60 (Arthur C.Clarke ou Isaac Asimov). Le moindre petit détail technique est rigoureusement conforme aux réalités actuelles ou prévisibles dans les années à venir. L’aspect multi-national et pluri-ethnique n’est pas non plus oublié, ce qui nous change des équipages trop souvent décalqués de ceux de la NASA.

Au total, cette série se révèle passionnante de bout en bout, alliant une réalisation très réussie au traitement intelligent de thèmes des plus modernes. Elle plaira aussi bien au fan de hard-science, qu’à l’écologiste alter-mondialiste préoccupé du futur de la Terre.
A visionner impérativement.

Note : 9/10

Compléments :
> Les critiques de NautilusAnime, CinéAsie, KrinEin, DeVilDead, DvdRama, DvdCritiques, DvdAnime, AnimeKun, Animeka, GeneWorld, JapanBar, TaniguchiGoro, DvdCritiques.

30/08/2007

Lorelei de Shinji Higuchi

Lorelei, la Sorcière du PacifiqueLes Fausses Notes de la Sirène du Pacifique.

Le cinéma japonais grand public, à l’exception notable des dessins animés, est en crise depuis plusieurs années et rien ne semble devoir l’en sortir. Quelques films obtiennent pourtant de temps en temps un important succès auprès du public local, comme "Lorelei" en 2005.
Se déroulant à un point clé de l’Histoire contemporaine nipponne (les bombardements nucléaires de la fin de la Seconde Guerre Mondiale), il partait à priori avec de bons atouts. Production à gros budget, réalisée par un ancien de "Neon Genesis Evangelion", casting intéressant (dont Koji Yakusho l'acteur fétiche de Kiyoshi Kurosawa), trucages réalisé par Skywalker Sound.

A l’arrivée, le résultat est assez mitigé.
Si le récit évite le manichéisme, et présente dans chaque camp des individus aux motivations contrastées, il n’évite pas certains écueils rédhibitoires.

Du côté japonais, le plus développé, on trouve notamment un équipage de loosers, conduit par un capitaine ayant refusé d’effectuer des missions suicide, des mutins rescapés des armées ‘oubliées’ dans les jungles du sud-est asiatique, un état-major va-t-en guerre explicitement accusé de lâcheté, une métisse judéo-nippone rescapée des camps de la mort et objet d’expériences parapsychiques de la part de médecins nazis.
Du côté américain, les personnages sont moins malveillants et stupides que d’habitude dans ce type de films, mais se voient reprocher à juste titre leurs bombardements aveugles sur les populations civiles.
Les effets spéciaux 3D sont plutôt bien réalisés, qu’ils concernent les avions, les bateaux ou les sous-marins.
La bande son est excellente, que ce soient les chants de notre sirène, ou l’ambiance sonore d’un sous-marin en plongée.

Là où le bât blesse, c’est dans l’accumulation de situations caricaturales, trop typiquement japonaises.
Le scénario multiplie en effet les individus qui se sacrifient pour le groupe, ou préfèrent se suicider plutôt que d’affronter le déshonneur. Ces comportements sont certes emblématiques de la culture japonaise des siècles passés, mais le film les assène avec un tel sérieux, et de façon tellement incongrue par rapport au reste de l’intrigue, qu’ils en sont complètement ridicules pour un spectateur occidental contemporain.
On comprend mieux pourquoi ce long métrage n’est pas passé dans les salles françaises, et est sorti directement en DVD.
Une grosse déception donc, à ne voir qu’à titre de curiosité. Sur le sujet, on lira/verra plutôt "Zipang" de Kaiji Kawaguchi, ou "L’Histoire des 3 Adolf" d’Osamu Tezuka, nettement moins simplistes dans leurs descriptions des militaires japonais d'avant 1946.

Note : 6/10

Compléments :
> Les critiques de CommeAuCinéma, SanchoAsia, CineAsie, DvdRama.
> Une très bonne Histoire du Cinéma Japonais sur Fluctuat.
> Le mythe allemand de la Loreleï, sirène/sorcière de la vallée du Rhin.

28/05/2007

Genshiken de Takashi Ikehata

GenshikenOtakus, Mode d’Emploi.

Genshiken, c’est le "Club d'Etude de la Culture Visuelle Moderne", un nom pompeux pour un petit club universitaire comme il en existe des milliers au Japon et dans lequel se retrouvent quelques étudiants pas très dynamiques. Il est dédié aux mangas, aux animes, et à toutes leurs déclinaisons (figurines, jeux vidéos, 'cosplay', fanzines, parodies, sous-genres gays et lesbiens, etc.).
A l’occasion de la rentrée universitaire, il va s’enrichir de 2 nouveaux membres, Kanji, étudiant timide et complexé, et Saki, amoureuse d’un des piliers du club. Bien qu’allergique à ce genre d’activités, elle essaie de s’y incruster en espérant le conquérir.

C’est l’occasion pour le spectateur de découvrir l’intimité de ces drogués des nouvelles cultures visuelles, capable de visionner les pires dessins animés jamais diffusés à la télé, ou de discourir pendant des heures sur le destin comparé de héros de série B. Sans compter leurs incursions dans les magasins spécialisés de Akihabara, les 'conventions' destinées aux fans, ou la fête annuelle de la fac destinée à se montrer pour continuer à exister l’année suivante.

GenshihenLe ton est très humoristique, brocardant tous les travers d’une communauté repliée sur elle-même, se passionnant pour des sujets superficiels et à mille lieux de la vie réelle. Univers intellectuel limité, difficultés relationnelles, achats compulsifs, luttes de chapelles, comportements parfois sectaires, c’est la vie quotidienne de l’otaku de base qui est abordée.
Malgré tout, le sujet est traité sans excès, sans anathème, en mettant en scène des personnages très typés, mais non caricaturaux. On sent que les créateurs de la série ont eu l’occasion de vivre de nombreuses situations analogues.

La série est d'autant plus sympathique qu'elle a un côté universel. Au-delà du petit monde des otakus, on y retrouve en effet le fonctionnement de toutes les communautés un peu à l’écart, que ce soit dans le domaine religieux, culturel, sportif ou technique. Tous les pratiquants des blogs sont bien placés pour le savoir.

Note : 9/10

Compléments :
> Les critiques de DvdAnime, AnimeKa, AnimeKun, DvdRama, Kanpai, Didje2k2, Japanbar, RatonLaveur.

29/03/2007

Zipang de Kaiji Kawaguchi

Zipang (t.1)Japon d'Hier et d'Aujourd'hui.

Clint Eastwood vient de nous gratifier d’un diptyque retraçant la bataille d’Iwo Jima, en essayant d’alterner la vision des 2 protagonistes. L’ensemble est plutôt bien réalisé, mais la partie japonaise m’a semblé un peu trop classique dans son traitement. La confrontation de l’individualisme du boulanger face à l’obéissance servile de ses camarades préfigure la naissance du Japon moderne. Mais en restant essentiellement dans le Présent, à part quelques flash-back expliquant la personnalité des personnages, le film a du mal à mettre en évidence la révolution qui est en train de se mettre en branle.

Avec "Zipang", la confrontation entre Japon ancien et moderne est nettement plus nette. Le postulat de départ est celui qui avait été utilisé pour "Nimitz, Retour vers l’Enfer", une sympathique série B de SF qui revisitait l’attaque de Pearl Harbor.
Le 'Mirai' (l'Avenir) est un croiseur japonais des Forces d’Autodéfense (Jieitai), chargé en 2001 d’une mission conjointe avec les américains dans le Pacifique sud. Mais en cours de route, il est pris dans une étrange tempête, et se retrouve au moment de la bataille de Midway.
"Nimitz" étant un film américain privilégiait surtout l’action, le suspense et les effets spéciaux. S’il posait bien le problème des paradoxes temporels, il évitait toute remise en cause de l’Histoire en faisant bien vite revenir le porte-avions dans son époque d’origine.
Avec "Zipang", pas de happy-end aussi grossier. Le manga s’étend sur au moins 26 épisodes (la série originelle est toujours en cours de publication), il faut donc de quoi soutenir l’intérêt du lecteur sur une aussi longue durée. Et l’auteur a beaucoup de chose à dire.

Zipang (maquettes)C’est l’occasion de confronter les japonais du 20-ième et du 21-ième siècle, leurs points communs et leurs différences. A l’inverse des soldats expérimentés de l’Empire, les militaires de la Jieitai ont été entraîné à sauver des vies et n’ont jamais tué personne. Si leur navire à la capacité de détruire une escadre entière, il est néanmoins vulnérable pour tout ce qui concerne son ravitaillement. A 60 ans de distance, les mentalités ne sont surtout plus du tout les mêmes pour des japonais qui sont devenus une des plus grandes puissances économiques du monde, malgré une défaite totale et le traumatisme d’Hiroshima. Kaiji Kawaguchi est assez habile pour éviter les stéréotypes, et sa parfaite connaissance historique de l’époque permet d’expliciter au mieux les enjeux politiques et militaires qui se posaient alors.
Quand toute action modifie nécessairement le présent, et affecte obligatoirement le futur, comment se comporter pour sauver ses idéaux, à défaut de pouvoir conserver en l’état le monde d’où l’on vient ? Peut-on rester un observateur impartial, et laisser mourir des innocents ? Faut-il aider le pays des ses ancêtres ou les alliés du pays de ses enfants ? Comment se défendre face aux agressions venant des 2 côtés ? C’est le problème qui va se poser à chaque rencontre entre l’équipage du Mirai et les différents intervenants au conflit (Marine et Armée de Terre japonaises, politiciens, troupes américaines, populations civiles de l’Asie du Sud-Est, …).

Zipang (Dvd6)Au total, c’est une très belle exploration de la mentalité japonaise présente et passée, et de son évolution d’une société militariste belliqueuse vers une société moderne consciente de ses responsabilités. Loin des manifestations nationalistes de certains nostalgiques de l’Empire, régulièrement montées en épingle dans la presse, "Zipang" est au contraire une réflexion humaniste qui prolonge et amplifie celle que Clint Eastwood a esquissée dans "Lettres d’Iwo Jima".


NB: Zipang (en français : Cipangu) est le nom du Japon tel qu'il est décrit par Marco Polo dans son "Livre des Merveilles". C’est un Japon mythique et idéalisé, qui se trouve dans les imaginaires des occidentaux comme ceux des orientaux.

Note : 9/10

Compléments :
> Le dossier de Mangakana.
> Les critiques du Manga (13 volumes sortis) sur "KrinEin", "La Bédéthèque de BD’Gest", "MangaSanctuary".
> Les critiques du Japanime (disponible en DVD zone1) sur "OrientExtrême", "Animeka".