Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2020

Creustel: Retour vers le Futur (J.29)

Creustel sur YouTube

28/03/2020

Creustel: Le Silence des Agneaux (J.12)

Creustel sur YouTube

25/03/2020

Creustel: Independance Day (J.09)

Creustel sur YouTube

02/03/2008

Inde des Dieux et des Hommes, de Dominique Rabotteau et Frédéric Soltan

Inde des Dieux et des Hommes6 Pas dans l'Eternité.

En prélude à mon prochain voyage en Inde, un petit coup de projecteur sur une des meilleures séries documentaire jamais sortie sur cette nation.
Consacrée à 6 des plus importants groupes religieux du pays, elle s’attache à en faire connaître les us et coutumes, leurs buts et leurs modes de vie. Chacun des reportages prend place à l’occasion d’une des grandes fêtes de la communauté (certaines n’ont lieu que tous les 12 ans), et se focalise sur quelques personnages représentatifs en les filmant au plus près, sans voyeurisme mais sans complaisance.
Si les commentaires sont peu nombreux, et restent parfois un peu trop descriptifs, ils n’oublient pas de signaler certains faits dérangeants sur l’influence politique de tel ou tel groupe, leurs abus du haschisch, ou les aspects socio-économiques tels que la condition des femmes ou le rapport à l’Argent.

On peux ainsi mieux faire connaissance avec les sâdhus à l’occasion de la "Kumbhamelâ" de Haridwar (sources du Gange), avec les sculpteurs de Calcutta à l’occasion de la fête de Durga, avec les 'acteurs' de Teyyam du Kerala, avec les milices religieuses des Sikhs du Penjab, avec les confréries fakirs (soufis) de Rajasthan à l’occasion de la fête de l’Urs à Ajmer, avec les nonnes jaïns de Shravanabelagola au moment de la Grande Onction.
On regrettera seulement qu’il n’ait pas quelques reportages supplémentaires sur des groupes moins importants numériquement (bouddhistes du Ladakh, chrétiens tamouls ou Bâuls du Bengale par exemple).

En à peu près 6 heures, on apprend énormément de choses, qu’on soit un parfait néophyte en la matière, ou qu’on soit déjà familier avec la mosaïque indienne.
Des témoignages inoubliables et une réussite exemplaire.

Note: 9/10

> Biographie et Interview des auteurs.
> Le site de SanghaProductions.
> Les critiques de DvdCritiques.

Extraits:



15/09/2007

PlanetES (ΠΛΑΝΗΤΕΣ) de Goro Taniguchi

PlanetESEarth Shine, Clair de Terre sur les éboueurs de l'Espace.

Récemment "Sunshine" avait séduit par une bande annonce prometteuse, puis consterné par un scénario stéréotypé faisant évoluer un ‘psycho-killer’ stupide dans un environnement peu crédible (et ça n’était malheureusement pas une parodie). Pour retrouver une ambiance plus réaliste et une histoire qui ne prenne pas les spectateurs pour des demeurés, il faut une fois de plus se tourner vers le dessin animé japonais.

"Planètes" est une série de 26 épisodes qui se situe dans un futur pas très lointain (2075), quand le besoin de ressources énergétiques et minérales nouvelles a nécessité l’établissement de bases lunaires permanentes, et que l’exigence de rapidité des vols transcontinentaux a conduit à la mise en place de lignes extra-atmosphériques. Comme d’habitude, l’activité humaine s’est accompagnée de l’abandon de nombreux déchets, causes possibles d’accidents en tout genre.
D’où l’obligation pour les multinationales autorisées à opérer en orbite, de nettoyer à leurs frais le secteur qu’elles exploitent.
En suivant les membres d’une des équipes de nettoyage, au niveau zéro de la considération dans l’échelle de ces entreprises, on découvre avec beaucoup d’intérêt le quotidien d’un cosmonaute lambda, loin des poncifs grandiloquents qu’ils peuvent avoir dans l’esprit du grand public. A la base de réalisations grandioses, se pose en effet la question des motivations de chacun des éléments de base. Quel but fixe-t-on à sa vie ? Jusqu’où est-on près à aller pour matérialiser ses rêves ? Que faire quand les objectifs de son entreprise entrent en conflit avec les grands principes auxquels on est attaché, ou la survie de ses camarades de travail ?

Là où les studios américains auraient simplifié le scénario à l’extrême, et multiplié les actions héroïques, les japonais s’attachent à détailler toutes les implications d’une vie de l’Homme dans le milieu spatial. Outre les problèmes techniques, humains, écologiques, les scénaristes n’oublient pas de soulever les enjeux politiques, économiques, stratégiques, militaires, les risques terroristes et médicaux, liés à une présence permanente. L’Espace doit-il être réservé à une minorité qui a les moyens d’y aller, ou doit-il profiter à l’Humanité toute entière ? La question n’est pas nouvelle, mais se posera avec encore plus d’acuité lorsque la Lune sera devenue un nouveau continent de la Terre.

Planètes
Un des points fort de la série est également son hyper réalisme scientifique, proche de la SF américaine des années 60 (Arthur C.Clarke ou Isaac Asimov). Le moindre petit détail technique est rigoureusement conforme aux réalités actuelles ou prévisibles dans les années à venir. L’aspect multi-national et pluri-ethnique n’est pas non plus oublié, ce qui nous change des équipages trop souvent décalqués de ceux de la NASA.

Au total, cette série se révèle passionnante de bout en bout, alliant une réalisation très réussie au traitement intelligent de thèmes des plus modernes. Elle plaira aussi bien au fan de hard-science, qu’à l’écologiste alter-mondialiste préoccupé du futur de la Terre.
A visionner impérativement.

Note : 9/10

Compléments :
> Les critiques de NautilusAnime, CinéAsie, KrinEin, DeVilDead, DvdRama, DvdCritiques, DvdAnime, AnimeKun, Animeka, GeneWorld, JapanBar, TaniguchiGoro, DvdCritiques.