Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2007

La Forêt de Mogari (Mogari no mori) de Naomi Kawase.

La Forêt de MogariThe Nara Chaman Project.

Primé à Cannes, "La Forêt de Mogari" est malheureusement assez représentatif des choix habituels des jurys. On sait que ça va être beau, bien joué, mais qu’on va s’y ennuyer mortellement. Les Palmes ont tendance à récompenser l’auteur plutôt que l’œuvre présentée. Le dernier film de Naomi Kawase ne déroge pas à la règle. C’est d’autant plus dommage que le précédent ("Shara") était un bon film, sachant ménager l’intérêt du spectateur tout au long de sa durée.

La première partie en est de toute beauté. La vision du vent soufflant dans les forêts et les rizières de la région de Nara est vraiment spectaculaire. Arriver à rendre visible un phénomène aussi immatériel montre bien la maîtrise technique de la réalisatrice (et de son équipe). Mais de belles images et une remarquable bande-son ne suffisent pas à faire un bon film.

Le film pêche beaucoup du côté du scénario et de la direction d’acteurs (inexistante).
Ça semble commencer comme une leçon zen sur le sens de la vie, avec un moine qui essaie quelques notions de base à des retraités très diminués mentalement, mais cette piste est rapidement abandonnée. La peinture impressionniste mélangeant et opposant la Ville et la Nature, les jardins et les plantations de thé, la multitude des personnages, suscite néanmoins l’intérêt, même si elle est assez peu développée, faute d’acteurs professionnels pour la soutenir.

Le problème est le ralentissement considérable de la narration qui étire pendant une (trop) longue seconde partie, une ballade en forêt assez artificielle, sur-jouée, aux trucages (débordement du torrent) mal faits, et aux intentions plutôt creuses. Le rythme trop elliptique du début a empêché de s’attacher aux personnages principaux. On a d’ailleurs du mal à comprendre comment ils sont passés d’une communication assez difficile à une telle complicité. Quand au message véhiculé, très animiste, il est en complète contradiction avec le discours bouddhiste du début.

"La Forêt de Mogari" est finalement assez emblématique du cinéma japonais actuel. Tombé dans le coma il y a quelques années, on espère toujours un signe y voir un signe de vitalité et de renouveau, mais on est finalement déçu du résultat. Mieux vaut se tourner vers le cinéma coréen, qui lorsqu’il traite les mêmes thèmes du deuil et de la rédemption ("Old Boy", "Samaria", "Secret Sunshine", …) se révèle autrement plus inventif et dynamique.

Note : 5/10

Compléments :
> Le site du film.
> Les critiques de OrientExtreme, CommeAuCinéma, Fluctuat, FilmDeCulte, Excessif.
> Sur les blogs: CriticoBlog, LeMeilleurDuCinéma, LesRosesDeDécembre, JournalD'UnExcessif, Benzine.

25/11/2007

Les Promesses de l’Ombre (Eastern Promises) de David Cronenberg

Les Promesses de l’OmbreWestern Shadows.

Cronenberg continue d’explorer le côté obscur de l’être humain. Mais le propos a évolué depuis ses premiers films. L’accent était alors mis sur l’organique, la sexualité, les mélanges contre-nature. Le malaise venait de l’absence de frontières entre Soi et Non-Soi, à grand renfort d’effets gores et de substances visqueuses et poisseuses.

Depuis "A History of Violence", l’analyse se fait au contraire plus subtile et plus psychologique. Si les corps sont toujours montrés de façon très crue, à la Paul Verhoeven, les fluides sont devenus plus liquides (eau, sang, alcool, …), et la violence est souvent plus psychique que physique, malgré une animalité impressionnante.
Les situations décrites illustrent la permanence des illusions et des rapports de domination dans l’impermanence de l’Existence (immigrés dans un nouveau pays, repenti dans une nouvelle vie, …). Il n’y a pas de Paradis en ce monde, sauf à l’organiser de façon très monastique, comme le font les truands de Cronenberg. L’aspect religieux est souligné par les tatouages multipliants les croix et les églises (orthodoxes), et se répandant sur les corps comme des stigmates. Ceux des doigts de Viggo Mortensen font d’ailleurs penser à ceux du pasteur joué par Robert Mitchum dans "La Nuit du Chasseur". A l’inverse, les gros méchants sont très typés musulmans (tchétchènes, turcs). On regrettera aussi l'apologie du mythe du bon tchékiste, protecteur de la société.

Si le film ne fera sans doute pas date dans la filmographie de Cronenberg, il se laisse néanmoins voir sans déplaisir (surtout grâce à la mise en scène et aux acteurs), malgré son côté ambigu et un message beaucoup moins explicite que d’habitude. Espérons que cette dérive Lynchienne ne finira pas par rendre son discours aussi obscur que celui de l’auteur de "Inland Empire".

Note: 8/10

Compléments :
> Le site du film.
> Les critiques de CommeAuCinéma, LaLibreBe, Libération, Telerama, Excessif, Fluctuat, FilmDeCulte.
> Sur les blogs: CriticoBlog, PibeSan, SebInParis, ARebours, KleoInParis.

20:00 Publié dans Ecrans Larges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Cinéma |  Imprimer

05/11/2007

Le Dernier Voyage du Juge Feng (Mabei Shang De Fating) de Liu Jie

Le Dernier Voyage du Juge FengLa Mort annoncée du Communisme et des Minorités.

C’est toujours intéressant de voir un film se passant dans une région qu’on a soi-même visité. Cela permet de repérer et comprendre de nombreux petits détails qui seraient autrement passés inaperçus. En retour, on comprend mieux le mode de vie des populations qu’on n’a fait que côtoyer, sans avoir le temps et les moyens de fréquenter de façon plus approfondie.

Le récit du "Dernier Voyage du Juge Feng" se passe dans le nord du Yunnan, sur les contreforts de l’Himalaya. Le comté de Ninglang, dépendant de Lijiang, est essentiellement peuplé de Naxi et de Yi avec une petite communauté Mosuo autour du lac Lugu. La région est très montagneuse, formé de petites vallées constituées autour des affluents du Fleuve aux Sables d’Or (Jinsha), le fleuve qui en grossissant finira par devenir le célèbre Yangzi Jiang (vu dernièrement dans "Still Life"). De nombreuses prises de vues montrent l’une de ses boucles, située dans la région du Mont du Dragon de Jade (Yulong Xue Shan). La région est proche de l’ancien Tibet historique (on voit d’ailleurs à un moment, une caravane de marchands tibétains venu vendre leur sel et acheter des produits locaux).

MosuoProvince pluriethnique, le Yunnan essaie de conjuguer les traditions des nombreuses minorités locales avec les institutions de l’Etat central. Evidemment, Justice, Police, Armée, Ecoles sont entièrement contrôlées par Pékin. Mais la vie des villages telle qu’elle est montrée dans le film est en complète voie de disparition. Si la vie des paysans les plus pauvres et isolés (notamment les Yi noirs) ressemble à peu près à ce qu’on voit, celle des Naxi (près de Lijiang) et des Mosuo (concentrés autour du lac Lugu) a profondément changé suite aux travaux d’infrastructures (routes, ponts, relais télécoms, …) menés ces dernières années, et à l’invasion touristique qui s’en est suivi, aussi bien par les chinois aisés du littoral que par les étrangers occidentaux. Le centre-ville de Lijiang, à peine aperçu lors du départ du 4x4, est aussi fréquenté au mois d’août que les sites touristiques des grandes villes européennes. Les jeunes fuient leurs villages pour trouver du travail, rêvent de se marier à l’occidentale (grande robe blanche de rigueur) et ont tous un portable, même s’ils s’en servent peu (surtout des SMS) car les communications sont relativement chères pour eux.
Les coutumes périclitent, les costumes traditionnels ne sont plus portés que par les vieilles femmes et les employées du secteur touristique. Le Dongba, ancienne langue sacrée des Naxi, n’est plus parlé et écrite que par une quinzaine de personnes. Ses jours sont donc irrémédiablement comptés.

LijiangLe film de Liu Jie présente tout ceci de façon symbolique avec les personnages du vieux juge (représentant des idéaux du communisme paysan, juste et impartial), de la greffière (une Mosuo, mise à la retraite d’office pour faire place aux jeunes apparatchiks Han), du jeune juge (prétentieux, dogmatique, égoïste, faisant passer ses intérêts personnels avant ceux de la Justice) et de sa fiancée (représentant les jeunes des minorités subjugués par les attraits de la modernité).
Comme ces personnages, la Chine actuelle marche les yeux fermés, indifférente aux dangers de la route, remplaçant la solidarité ancestrale par le ‘chacun pour soi’, laissant derrière elle ceux qui sont trop vieux pour suivre le mouvement. Jusqu’à la chute finale…

Note : 9/10

Compléments :
> Le site du film.
> Les critiques de CommeAuCinéma, Libération, L'Humanité, Telerama, Excessif, Fluctuat.
> Sur les blogs: CriticoBlog, LaSenteurDeL'Esprit, CosmopolitanStories, BenzineMag.

03/11/2007

Films d'Automne (2007)

Très bon cru, cet automne, dans les salles obscures. On ne sait plus où donner de la tête (et du clavier). Les grêves risquent par contre d'être fatales aux films les plus fragiles et les moins médiatiques. Dommage.

L'Assassinat de Jesse James "L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford" d'Andrew Dominik (9/10) : Ceux qui n’ont pas aimé "Le Nouveau Monde" ou "La Ligne Rouge" de Terrence Malick vont détester ce film, qui prend également son temps pour poser ses personnages, les laisse évoluer à leur rythme (celui de l’époque, moins stressée que la nôtre), et fait de la Nature dans laquelle ils évoluent un individu à part entière. Le Far-West rural est en train de disparaître, colonisé par les usines, les voies ferrées et les financiers de Wall Street. Comme dans "Mémoire de nos Pères" ou "A History of Violence", le film pose la question du héros, de l’anti-héros, et de la célébrité factice entretenue par les médias. Il rejoint tous les grands films qui ont traité de la naissance des USA modernes ("La Porte du Paradis", "Gangs of New-York", …). Une vraie réussite.
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Telerama, Excessif, Fluctuat, FilmDeCulte, KrinEin, PibeSan, SebInParis, BenzineMag).

Le Deuxième Souffle "Le Deuxième Souffle" d’Alain Corneau (7/10) : Un bon petit polar à l’ancienne, qui rappelle les chefs d’œuvres du genre (Melville, …). Il ne révolutionnera pas le palmarès, mais se laisse voir sans déplaisir, grâce à une pléiade d’acteurs talentueux et bien adaptés à leur rôle. Seuls regrets, récurrents dans le cinéma actuel, des effets à la John Woo pour la fusillade finale, un placement de produits pas très subtil (champagne Lanson à tous les repas !) et la réutilisation de la même voie ferrée pour des scènes à priori sans rapports entre elles.
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Excessif, FilmDeCulte, KrinEin, PibeSan).

Chrysalis "Chrysalis" de Julien Leclercq (8/10) : Injustement massacré ou ignoré par les critiques professionnels, ce film est la bonne surprise du mois. Polar très noir, dans ses couleurs comme sa thématique, il fait un peu penser au dessin animé "Renaissance", sorti début 2006. Flic intègre et borné, femmes manipulatrices, secrets d'Etats et technologies dévoyées, le scénario n'a rien de très original, mais c'est la loi du genre depuis les années 40 ("En Quatrième Vitesse" par exemple) et le film accumule les bons points (acteurs excellents, décors et design impressionnants, mise en scène efficace, réalisation sans temps morts). A aller voir urgemment pour faire échec à un système qui se permet de dénigrer de tels films en même temps qu'il encense des navets d'une beaufitude incommensurable.
(Voir critiques sur CommeAuCinéma, Excessif, LaSenteurDeL'Esprit, TotalCiné).

Et aussi :
> "Le Dernier Voyage du Juge Feng" de Liu Jie.
> "Secret Sunshine" de Lee Chang Dong.
> "This Is England" de Shane Meadows.
> "Le Rideau de Sucre" de Camila Guzman Urzua.
> "Mon Meilleur Ennemi" de Kevin Mac Donald.
> "Dans la Vallée d’Elah" de Paul Haggis.
> "Les Promesses de l'Ombre" de David Cronenberg.
> "De l'Autre Côté" de Fatih Akin.
> "La Nuit nous appartient" de James Gray.
> "La Graine et le Mulet" d'Abdellatif Kechiche.
> "Un Baiser, s'il vous plaît" d'Emmanuel Mouret.
> "La Visite de la Fanfare" d'Eran Kolirin.
> "XXY" de Lucia Puenzo.

20:00 Publié dans Ecrans Larges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Cinéma |  Imprimer

13/10/2007

Un Jour sur Terre, de Alastair Fothergill et Mark Linfield

Un Jour sur TerreLe Jour d’Avant, épisode 3.

Encore un documentaire dans la lignée de tous ceux qui sont sortis dernièrement sur le même sujet ("
La Planète Blanche", "La Planète Bleue", "Le Peuple Migrateur", …).
Franchement, il n’apporte pas grand-chose de plus. Quelques images sont inédites et spectaculaires (essentiellement celles que l’on voit dans la bande-annonce). Mais le commentaire est assez léger et sans grand intérêt, conformément à la mode actuelle qui privilégie l’émotif au factuel. On ressent donc une forte impression de déjà vu.

Oui, la Terre est (était ?) belle. Oui, elle est en danger du fait du réchauffement climatique. Mais est-ce une raison pour multiplier ce genre de films sans grande originalité, simple compilation d’images prises un peu partout, sans scénario élaboré et qui est du niveau d’un simple documentaire télévisuel.
A force de trop se disperser, les réalisateurs finissent par perdre l’objectif initial qui est de sensibiliser l’opinion publique aux problèmes de dérèglement des équilibres écologiques.
Dans ce domaine, on reverra plutôt avec plaisir la démonstration sans concession du nouveau Prix Nobel de la Paix, Al Gore ("Une Vérité Qui Dérange"), ainsi que les documentaires de la National Geographic, bien plus rigoureux dans leur démarche.

Un Jour sur Terre
A ne voir donc que pour les quelques images superbes qui le parsèment (éléphants nageants dans une rivière, singes traversant un marais, requin blanc chassant les phoques, lions chassant la nuit, …) ou pour ceux qui n’ont pas déjà vu les nombreux clones précédents.

Note: 6/10

Compléments :
> Bande-Annonce et Photos superbes sont disponibles sur le Site du film.
> Critiques sur NotrePlanète, CommeAuCinéma, Telerama, Excessif, FilmDeCulte, DvdCritiques.
> Sur les blogs: AgathA, EcoloPop, Hutako, CinéJulien, TetraPak.