Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2007

La Liste de Carla

La Liste de CarlaDe Srebrenica à La Haye, Espoirs et Désillusions.

Sorti dans l’indifférence générale, ce documentaire de la Télévision Suisse [1] suit pendant les derniers mois de 2005, les pérégrinations de Carla del Ponte, procureur(e) au Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Depuis 1999, elle tente d’appréhender et de juger les responsables des crimes de guerre et contre l’Humanité perpétrés en Serbie, Croatie et Bosnie entre 1991 et 1995.
Elle ne possède aucune force dédiée, et est donc obligée de s’en remettre aux gouvernements locaux actuels, aux troupes internationales de maintien de la paix (ONU, OTAN) et aux services secrets européens et américains opérants dans ces pays. Le moins que l’on puisse dire, est que ceux-ci sont assez peu motivés et très peu efficaces [2]. Alors que le menu fretin a fini par être interpellé, les plus gros poissons (6 à ce jour), tous serbes, courent toujours sans être inquiétés.

Qui les protège ? Les militaires serbes, sans aucun doute. Mais les gouvernements européens et américains font-ils vraiment le nécessaire, ou préfèrent-ils fermer les yeux volontairement ?
Carla del Ponte penche plutôt pour une incompétence et une insuffisance de moyens, analogue à celles mise en oeuvre contre le terrorisme islamique.
Alors que les moyens modernes d’écoutes des télécommunications permettent de repérer rapidement n’importe qui (Cf. la capture du général croate Ante Gotovina effectuée par la police espagnole, et révélée pendant le reportage), comment quelques privilégiés continuent-ils d’échapper aux troupes chargées de les capturer ? Les Balkans ne sont quand même pas aussi impénétrables que les montagnes afghanes !
Au-delà de l’unité de façade exprimée pour condamner le génocide, on observe bien peu de volonté pour effectuer les actions politiques et militaires nécessaires. Le fait que les victimes de Srebrenica aient été musulmanes est-il déterminant pour qu’on préfère ne pas trop s’en préoccuper ? Le refus des Etats-Unis d’avaliser la création d’un tribunal pénal international permanent entre aussi certainement en ligne de compte. Mais le problème principal semble la guéguerre entre les officines des différents pays (voire entre les différents services de renseignement comme aux Etats-Unis), chacun conservant pour lui les informations recueillies sur le terrain sans en faire profiter les autres.

Carla del PonteCe documentaire est un très bon portrait de Carla del Ponte et de son équipe, de leurs espoirs, leurs doutes, leurs tactiques pour essayer d’amener les responsables internationaux à respecter leurs engagements. C’est également un portrait émouvant des victimes, femmes / filles / mères / amies des hommes exécutés à Srebrenica, leur combat contre l’oubli (analogue à celui mené par les femmes d’Argentine et du Chili contre les exactions des juntes militaires), leurs tristesses et leurs espoirs déçus.
C’est aussi un cruel compte à rebours. Le TPIY devant être dissous en 2008/2010, et le mandat de Carla del Ponte arrivant à échéance en septembre 2007, les chances de condamner les principaux responsables du génocide s’amenuisent de jour en jour.
A moins que d’ici là les pressions politiques de l’Union Européenne et des USA redevenus démocrate impulsent une nouvelle dynamique, face à des pays de l’ancienne Yougoslavie pressés de bénéficier des faveurs de l’Espace Economique Européen.

Note: 9/10

[1] réalisé avec l’appui de différents services de l’Etat Suisse.
[2] Cf. "No Man’s Land", l’excellent film de Danis Tanovic, relatant de façon tragi-comique la guerre serbo-croate et la façon particulière des forces de l’ONU de gérer la crise.

Compléments :
> Le site du film.
> Les commentaires d’Amnesty International, de SwissInfo, de la Fédération Nationale des Unions de Jeunes Avocats, de Courrier International.
> les Critiques de Telerama, CommeAuCinema, CineMagazine, Fluctuat.

12/05/2007

Spiderman 3

Spiderman3"Tempête du Désert" à Manhattan.

Encore un film dont on attendait beaucoup, et qui se révèle très décevant. L’exploitation des bons filons finit par conduire à une baisse de qualité particulièrement importante.

Avec les 2 premiers opus, "Spiderman" avait pourtant placé la barre assez haut. Avec les "X-Men" (dont le 3-ième volet est lui aussi raté), il avait réussi à conjuguer dans un même film familial grand public, grand spectacle et réflexions intimistes, action et sentiments, le tout de façon intelligente et bien réalisée. Bref, le rêve de tout producteur hollywoodien.
Tout le monde peut se reconnaître dans les personnages principaux, adolescents peinant à trouver leur place dans la société, leurs petits problèmes de tous les jours, les décalages entre la grandeur de leurs rêves et les désillusions de la réalité. C’est ce qui a fait le succès de la BD et qui avait été brillamment repris dans les scénarios précédents.

Pour le 3-ième, changement de perspectives. En voulant en faire toujours plus (de personnages, d’effets spéciaux, …) on dénature complètement le message, et on le radicalise à la sauce américaine. Plus de clairs-obscurs, mais une bataille simpliste entre les bons (américains, blancs, ayant une famille, un travail, une patrie, …) et les autres. L’Amérique bien pensante se défend face à une invasion venue d’ailleurs (une espèce de tchador noir qui corrompt les esprits, comme le faisait le communisme dans les années 50). Un bon américain est celui qui lutte pour le mode de vie américain et ses valeurs, quelques soient les moyens employés.

On pardonnera donc aux braqueurs de banques (une espèce de GI pas très malin, aux vêtements couleur de treillis en Irak), car ils le font pour soigner leur petite fille malade.
On pardonnera aussi au gosse de riche, faux frère mais vrai VIP, car il met sa fortune de fabricant d’armes au service du combat contre le 'Mal'.
On encensera le bon sens populaire, et ses aphorismes à 2 Cents.
On approuvera l’exploitation des salariés par un magnat de la presse, héros du capitalisme triomphant, et respectueux des quotas ethniques (son second est un Noir), quoique toujours prêt à manipuler l’opinion dans le sens de ses intérêts financiers.
Le tout sous les yeux de foules décérébrées, pour qui la guerre est un spectacle, et qui applaudissent à tout rompre ses porte-drapeaux en uniforme bleu et rouge.
Le seul à ne pas trouver sa place dans ce paradis US est le jeune arriviste sans famille, obligé de travailler pour vivre, qui aspire à la respectabilité en épousant la fille du chef de la Police, et qui se laisse séduire/corrompre par les idées étrangères. Cette seule différence avec Peter Parker suffit à le condamner sans appel au son des cloches d’une église. "God Bless America" !
Dans les laissés pour compte, on notera également la fille (russe ?) de son logeur, Ursula, nettement plus sympathique et moins insipide que MJ et Gwen Stacy réunies, mais pas très conforme aux canons hollywoodiens. Ce Spiderman est vraiment un grand niais.

Au final, un film long, pompeux, où on regarde souvent sa montre en espérant retrouver les personnages des débuts. Mais il faut se rendre compte de l’évidence, la malédiction des trilogies a encore frappé. Espérons que personne n’aura l’idée de sortir un 4-ième épisode, car on n’ose imaginer ce que ça risque de donner.

Note: 4/10

Compléments :
> Le site du film.
> les Critiques de CommeAuCinema, Telerama, Fluctuat, FilmDeCulte, Excessif, Cinefil.
> Sur les Blogs: CriticoBlog, Matoo, SebInParis, LaSauce, ARebours.

28/04/2007

Sunshine

SunshineComment Cramer Quelques Millions.

Finalement, Danny Boyle ne sera sans doute le réalisateur que de 2 bons films ("Trainspotting" et "Petits Meurtres Entre Amis").
Après les calamiteux "La Plage" et "28 Jours Plus Tard", rebelote avec le même scénariste qui s’essaie à l’aventure spatiale. Si les premières minutes peuvent faire illusion, avec une image superbe, des décors très inspirés, un casting alléchant et un argumentaire scientifique a priori valable, force est de constater que ça ne dure pas très longtemps.
Personnages caricaturaux, incohérences scientifiques, évolution du film vers un 'slasher movie' pour adolescent américains, caméra épileptique, rien qui puisse concurrencer les chefs d’œuvres du genre.

SunshineIl ne faut quand même pas avoir un doctorat en physique pour savoir qu’en l’absence de gravité, sur un vaisseau qui ne tourne pas sur lui-même, les astronautes devraient flotter dans la cabine, les liquides ne devraient pas rester sagement au fond des récipients ouverts et les plantes ne pas pousser droit. Au mieux, au plus près du soleil, la gravité devrait orienter leurs pieds vers l’avant ou l'accélération les orienter vers l'arrière. Ils devraient donc passer leur temps à monter et descendre le long du vaisseau, au lieu de courir au même niveau. Sans compter les nombreux documentaires issus de la NASA, des films comme "2001" (en 1968 !) présentaient pourtant déjà les choses correctement.
Il faut également vraiment prendre les gens pour des imbéciles pour vouloir leur faire croire que l’élite des scientifiques spatiaux, après des années de sélection impitoyable, soient capables de tous péter les plombs au premier incident venu, après seulement quelques semaines de vol.

Bref, encore beaucoup d’argent dépensé pour pas grand-chose, alors que des chefs d’œuvre de la littérature de Science-fiction aux contenus bien plus intéressant, auraient pu être utilement adaptés à la place ("Rendez-Vous avec Rama" par David Fincher ?).

Note: 5/10

Compléments :
> Le site du film.
> Les critiques sur CommeAuCinéma, Telerama, iMedias, Fluctuat, FilmDeCulte.
> Sur les Blogs: CriticoBlog, SebInParis, PibeSan, Matoo, YouVox, NicoCiné.

20:00 Publié dans Ecrans Larges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Cinéma |  Imprimer

25/04/2007

Films du Printemps 2007

Un Printemps pas très ensoleillé dans les Salles Obscures.

Retour de vacances difficile, entre activité professionnelle très absorbante et dispersion vers une campagne électorale particulièrement démagogique.
Sur les écrans, rien de bien transcendant depuis quelque temps, rien qui n'incite vraiment à des commentaires originaux. Heureusement, quelques petits films sortent du lot et méritent d'être vus, ne serait ce que pour s'aérer la tête. Ils ne feront pas partie des palmarès de fin d'année, mais abordent des sujets intéressants ou renouvellent l'approche d'un sujet plus traditionnel.

Contre-Enquête "Contre-Enquête" (7/10) : Le sujet est assez casse-gueule (serial killers, meurtres d'enfants, fiabilité de la justice, ...), la réalisation pas tout à fait maîtrisée. Mais acteurs et réalisateur s'en sortent finalement pas trop mal, et on reste scotché à l'écran jusqu'à la fin. Rien qui justifie les critiques incendiaires vues ici ou là. Selon sa sensibilité, on y verra ou pas une apologie de certaines méthodes expéditives, mais le sujet mérite d'être posé dans un film français moins caricatural que ce qu'on voit d'habitude dans les productions hollywoodiennes équivalentes.
(Voir critiques sur: CriticoBlog, CommeAuCinéma, FilmDeCulte, Excessif, iMedias, KrinEin, DvdCritiques).

Le Direktor "Le Direktor" (6/10) : Là par contre, il faut aimer Lars Von Trier pour pouvoir supporter le film. Mélange de critique sociale, de cinéma expérimental, de pochade d'étudiant et d'humour à la Lars Von Trier, il ne peut évidemment pas plaire à tout le monde. Mais si on est familier de l'univers du réalisateur, et assez curieux pour envisager de voir quelque chose qui sort de l'ordinaire, c'est un film intéressant, plus que ses dernières réalisations 'dogmatiques'.
(D'autres points de vue chez CriticoBlog, CommeAuCinéma, FilmDeCulte, Critikat, Telerama, Excessif, KrinEin, Cinémapolis).

Un Nom pour un Autre "Un Nom pour un Autre" (8/10) : Emigrés d'Aujourd'hui. New York de nos jours, dans l'intimité d'une famille d'immigrés indiens. Une belle chronique douce amère de la vie de tous les jours, depuis le choc culturel imposé à la mère, jusqu'à la difficile intégration du fils partagé entre les 2 mondes. Beaucoup de tendresse et d'humour de Mira Nair envers ses personnages, dans un film qui milite pour le droit à vivre où l'on veut, tout en respectant le droit à la différence et le respect des traditions.
(Voir critiques sur CommeAuCinéma, Fluctuat, FilmDeCulte, Excessif).

Golden Door "Golden Door" (8/10): Immigrations choisies, émigrations imposées. Les époques changent, les problématiques restent. Il y a un siècle, les paysans de certaines régions reculées de l’Europe de l’Ouest étaient dans la même situation que celle de nos clandestins actuels. N’ayant rien à perdre, attirés par une vision idyllique d’une Amérique qui était pour eux la Terre Promise (et dans laquelle coulaient le lait et le miel …), ils s’embarquaient dans un voyage sans retour possible, au prix de cruelles désillusions. Dans une Terre globalisée, où la propagande des Etats riches se diffuse plus facilement que les réalités socio-économiques, il est illusoire de vouloir réguler de façon ‘scientifique’ une immigration qui de tous temps s’est basée sur l’imaginaire, le fantasme, la rumeur. On peut toujours essayer de transformer la statue de la Liberté en gardienne des frontières, la force des vagues aura toujours raison des obstacles artificiels. Un très beau film, très onirique, pour rappeler quelques évidences à des gouvernements déconnectés de la réalité.
(Plus de détails sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Fluctuat, FilmDeCulte, Excessif, Matoo).

NorWay of Life "NorWay of Life" (8/10): Le Paradis sur Terre. Dans un pays indéfini, où n’existe ni chômage, ni pénuries, ni tension sociale, ni problèmes d’aucune sorte, peut-on être heureux ? Dans un Paradis qui ressemble à une social-démocratie d’Europe du Nord, où l’apparence des relations compte plus que la chaleur des rapports humains, un trublion cherche à retrouver les sensations de l’époque où il était jeune et vivant. Odeurs, couleurs, rires, lumières (très méditerranéens) s’opposent à l’uniformité générale d’une société où tout a été lissé, uniformisé, aseptisé pour le bonheur de la majorité, et où des anges gardiens impersonnels veillent en douceur à ce que rien ne vienne déranger le bon fonctionnement du système. Une très bonne illustration du meilleur des mondes possible, vers lequel tend nos civilisations modernes. Seule la fin de ce très bon film fantastique est un peu obscure (à quoi correspond l’Enfer glacé dans lequel se retrouve finalement le héros ?).
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Telerama, FilmDeCulte, Excessif, SebInParis).

La Tête de Maman "La Tête de Maman" (7/10) : Je vais mal, Ne t’en fais pas. Un premier petit film sympathique, dans la lignée de "Je Vais Bien, Ne t'en Fais Pas" ou "Comme Une Image". Sous l'aspect d'un film d'initiation, une belle réflexion sur la vie, ses espoirs déçus, la relativité des choses. Karin Viard, Kad Merad et Pascal Elbé sont excellents comme d'habitude, dans des aventures tragi-comiques qui se délitent un peu vers la fin.
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Excessif, AvoirAlire, AuFéminin, GrandesPoches, CinéFeed, FenêtreSurToile).

Les Contes de TerreMer "Les Contes de TerreMer" (6/10) : Retour sur Terre. Petite déception sur le dernier Ghibli, réalisé par le fils de son père. Si le 'style' Ghibli est toujours là, avec des images superbes, le scénario est incroyablement léger et le rythme un peu faiblard. Pourtant, le "Cycle de TerreMer" d'Ursula K.LeGuinn aura dû fournir assez de matière pour un film un peu plus dynamique. Peu de personnages à l'écran, beaucoup de questions sans réponses et de situations trop peu développées. La fin en devient du coup incompréhensible (pourquoi une fille de la Terre devient-elle un dragon, symbole de l'Air et du Feu ?). Espérons Goro Miyazaki saura surmonter les lacunes de ce premier film, ou que les moyens du studio seront mieux employés entre les mains d'un autre réalisateur plus talentueux.
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, OrientExtrême, Cinémasie, iMedias, KrinEin, Fluctuat, FilmDeCulte, Excessif, Telerama, Matoo, PibeSan).

20:00 Publié dans Ecrans Larges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Cinéma |  Imprimer

24/03/2007

300 de Zack Snyder

300Une Sparte US contre le reste du Monde.

A première vue, "300" est un péplum de plus, avec un fond historique plus ou moins respecté, des culturistes aux muscles saillants, des batailles spectaculaires avec beaucoup de morts et de sang versé. Le genre n’est pas nouveau, mais les techniques se sont améliorées ces dernières années, notamment depuis "La Bataille des Thermopyles", nanard sorti en 1962.
"300" est assez impressionnant visuellement et le mode de vie spartiate est globalement respecté. Le film est du niveau d’"Apocalypto" de Mel Gibson, ni vraiment excellent, ni particulièrement mauvais. On est en tout cas un cran au dessus des navets historiques récents ("Troie", "Kingdom of Heaven", "Alexandre") qui réécrivaient l’Histoire de façon assez bizarre. Mais vu la minceur du scénario et de la psychologie des personnages, le challenge n’était pas trop difficile.

Xerxès (300)Là où le bât blesse, c’est dans la multitude de petits détails qui s’infiltrent insidieusement dans le décor.
Que Sparte ait été une nation guerrière pratiquant l’eugénisme à grande échelle, certes. Mais était-il nécessaire de faire d’Éphialtès un spartiate difforme qui trahit son pays ? Pourquoi autant d’handicapés, d’homosexuels/lesbiennes à la cour de Xerxès, dépeint lui-même comme un éphèbe efféminé sur un char de Gay-Pride ? On notera également les athéniens traités avec mépris (car ‘ils préfèrent les garçons’), l’émissaire perse d’origine africaine, les visages hideux des ‘immortels’, le rôle des autres grecs fortement minimisé.
Une pseudo-démocratie obsédée par la pureté génétique d’un côté, un empire pluri-ethnique et multi-culturel systématiquement présenté comme dégénéré de l’autre. Qui sont les ‘bons’, qui sont les vrais ‘méchants’ ?

Bref, c’est assez beau esthétiquement, mais à prendre avec de nombreuses réserves. Le scénario est malheureusement une copie conforme (à part les développements avec la reine de Sparte) de la la BD de Franck Miller, qui vient d'être également rééditée, et qui contient les mêmes éléments fascistes, xénophobes et homophobes. C'est assez décevant de la part de l'auteur de "Sin City" et de "Liberty / Martha Washington". Mais il semble que Miller soutienne dorénavant sans limites les néo-conservateurs américains et leur croisade contre tous ceux qui ne leur ressemblent pas. Ce qui explique que cette 'busherie' ait été portée à l'écran. Faut-il leur rappeler que Sparte, épuisée par les guerres continuelles, a fini par disparaître des nations qui comptaient (après une alliance avec la Perse!), et que c'est finalement Athènes, vrai modèle de démocratie, qui finit par devenir la référence de l'ensemble du monde grec classique ?

Note : 6/10

Compléments :
> Le site du film.
> Le dossier de "Peplum".
> Les critiques de "CommeAuCinema", "DvdCritiques", "iMedias (1)", "iMedias (2)", "Fluctuat", "FilmDeCulte", "Excessif (pour)", "Excessif (contre)", "Critikat", "AVoirALire", "KrinEin".
> Sur les Blogs: "Blogywoodland", "LeBalDesVauriens".