Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2007

12h08, à l’Est de Bucarest (A Fost Sau n-a Fost ?)

12h08, à l'Est de BucarestA l’Est, Rien de Nouveau.

12h08, le 22 décembre 1989. Ceausescu essaie de fuir Bucarest en hélicoptère, filmé en direct par la télévision, et finit par être capturé par ceux que les medias et l’Histoire officielle qualifieront de 'révolutionnaires'. Mais la 'Révolution' annoncée a-t-elle vraiment eu lieu ?
C’est la question que pose, 16 ans plus tard, l’animateur/propriétaire d’une minuscule chaîne de télé locale aux 2 seuls 'témoins' de l’époque qu’il a réussit à convaincre de passer à l’antenne.
En 2 temps, 3 mouvements, Corneliu Porumboiu arrive, avec un manque de moyens évident, à faire un bilan de la Roumanie d’aujourd’hui, englué dans la misère et la débrouille, et à pointer du doigt toutes les manipulations effectuées sur ce qui est censé être une vérité historique. Plans fixes très 'documentaires', épisodes de la vie de tous les jours, dénonciation du racisme ordinaire, humour caustique et scènes touchantes se mélangent pour donner un de ces films qu’on a plaisir à voir.

Après la longue nuit communiste, arrive une matinée symbole d’espoir. Les réverbères blafards cèdent petit à petit la place à un soleil prometteur. Les hommes émergent du sommeil comateux occasionné par leur cuite de la veille, pendant que les femmes s’affairent et commencent à préparer Noël. Mais la paye du mois disparaît vite dans le règlement des dettes en cours, ne laissant pas beaucoup de choix à la population.

La préparation de l’émission télé est l’occasion de faire une revue du microcosme local, très marqués par le Destin. Aux gamins désoeuvrés, ne pensant qu’à faire éclater des pétards, succèdent les ados incultes et sans avenir, dont les seules connaissances historiques se résument à une Révolution Française fantasmée, et dont la seule activité sérieuse concerne le trafic de produits occidentaux. Les jeunes adultes sont soit partis à l’Ouest, soit subissent les diktats de leurs aînés, imperméables aux méthodes modernes. Les 'responsables', pleins d’illusions, croient encore que changer les hommes suffit pour changer le système, pendant que les 'anciens', sclérosés et désabusés, essaient de se raccrocher aux bons souvenirs de l’ancien temps.

Là ou pas là ?Le dernier acte, l’après-midi, est réservé aux choses 'sérieuses'. Pendant que les femmes continuent à trimer, les hommes débattent gravement de la Révolution passée. Au gré des questions orientées, des témoignages vantards et des règlements de compte téléphoniques, apparaît petit à petit la réalité de la situation roumaine, dans laquelle gagnants et perdants d’aujourd’hui sont exactement les mêmes qu’hier. Et la nuit retombe sur la ville, toujours aussi peu éclairée par quelques réverbères tremblotants.

Note: 8/10

Compléments :
> La Fiche du film sur Wikipedia.
> "Destination Ubucarest": reportage à l'occasion de la sortie du film à Bucarest sut Telerama.
> Critiques sur "CommeAuCinéma", "Arte", "LaLibreBelgique", "LaTribune", "Telerama", "iMedias", "FilmDeCulte", "AVoirALire", "ChronicArt".
> Sur les Blogs: "Niklas", "FinDeSéance", "AcideCritique", "CritiquesClunysiennes", "CosmopolitanStories", "IDEA".

13/01/2007

U, de Grégoire Solotareff et Serge Elissalde

UParesseux, mais Sympathique.

U est une jeune fille licorne apparue auprès de Mona, jeune princesse anorexique dans un monde silencieux et quasi-désert. Comme Jiminy Cricket auprès de Pinocchio, elle va être confrontée à la croissance de sa protégée et son passage à l’age adulte. Symbole de la pureté virginale, la licorne est condamnée à disparaître avec la puberté de l’héroïne.

Histoire a priori plutôt destinée à des ados, "U" traite des années difficiles de adolescence, de la découverte de la liberté, des changements corporels et des premiers émois, des remises en causes induites dans les relations avec les autres. En confrontant une famille de nantis, héritiers d’un monde abandonné, à une troupe de saltimbanques qui ne possèdent rien d’autre que leur bonne humeur, on retrouve aussi le récit classique des romans feuilletons du 19-iéme siècle.

Personnages de ULa réalisation est particulièrement soignée. Dessins et animation, quoique faits en Chine, Corée et Europe de l’Est sont superbes, les voix des acteurs sont de haut niveau et la partition musicale (du jazz manouche joué par Sanseverino) parfaitement adaptée au sujet. Les personnages sont attachants et loin des stéréotypes trop souvent rencontrés dans les réalisations américaines ou japonaises.
Il est donc dommage que le scénario ne soit pas à la hauteur, et que les dialogues (en partie improvisés ?) alignent les banalités.

Présenté comme un film pour enfants, le film risque de leur passer largement au-dessus de la tête. Le récit est par contre trop simpliste et gentillet pour intéresser des adolescents. Certaines scènes ambiguës et sous-entendus grivois sont plutôt destinés aux adultes. Finalement, en voulant courir plusieurs lièvres à la fois, on obtient quelque chose de bancal qui ne satisfait personne. C’est malheureusement souvent le cas en France, où le dessin animé reste, à l’inverse de la bande dessinée, un sous genre destiné à remplir à bas coût les programmes télévisés pour enfants.

Note: 6/10

Compléments :
> La Fiche du film sur Wikipedia.
> Le Site du film.
> Critiques sur "CommeAuCinéma", "Libération", "OuestFrance", "AVoirALire", "CitizenGlam".
> Sur les Blogs: "GillesCiment", "ImagesMouvantes", "LesMinots", "LeWebPédagogique".

09/01/2007

Festival Cinéma Télérama 2007

Dernière Séance pour les Retardataires.

Les changements d’années sont toujours l’occasion de faire un bilan sur l’années écoulée. Selon les sites et les magazines, on met l’accent sur ceux qui ont fait le plus d’entrées, ceux qui ont rapporté le plus de pognon, ceux qui ont fait l’unanimité des critiques (pour ou contre eux). Ça n’a pas grand intérêt, surtout que ce débat ressurgi également à l’occasion des premiers passages télés ou des sorties DVD.

Plus intéressant est la démarche du magazine Télérama. Après consultation des lecteurs sur les films qui les ont le plus marqué, il organise une semaine de rattrapage (du 17 au 23 janvier) pour permettre à tous de (re)voir ceux qui sont arrivés en tête de liste. Si les 'blockbusters' n’ont pas spécialement besoin de ce genre d’opération, c’est une seconde chance appréciable pour les petits films indépendants peu promus, mal distribués et restant souvent trop peu longtemps à l’affiche. C’est aussi l’occasion de promouvoir les petites salles d’Art et d’Essai, piliers traditionnels de ce genre de films.

Le Palmarès 2006 est le suivant :
1. "Volver", de Pedro Almodovar (élu coup de coeur des lecteurs).
2. "Le Secret de Brokeback Mountain", d'Ang Lee.
3. "L'Ivresse du pouvoir", de Claude Chabrol.
4. "Le Caïman", de Nanni Moretti.
5. "Le Vent se lève", de Ken Loach.
6. "La mort de Dante Lazarescu", de Cristi Puiu.
7. "Dans Paris", de Christophe Honoré.
8. "Little Miss Sunshine", de Jonathan Dayton.
9. "Le Pressentiment", de Jean-Pierre Darroussin.
10. "Walk the line", de James Mangold.
11. "La Raison du plus faible", de Lucas Belvaux.
12. "U", de Serge Elissalde.
13. "Libero", de Kim Rossi Stuart.
14. "Brick", de Rian Johnson.
15. "C.R.A.Z.Y.", de Jean-Marc Vallee.

Toute liste étant forcément injuste, il y en a plein qui auraient mérité d'être cités.
Dans le lot, j'en ai vu 3, 8 ne m'intéressaient pas, et il y en a 2 dont je ne me souviens même pas avoir entendu parler (comme quoi l'information ciné reste perfectible, même chez Télérama).
Restent au moins 2 films que j’ai raté, et qu’il me faudra vraiment aller voir. Cette fois ci, c’est vraiment ma dernière chance.

NB : les séances sont à 3 €, sur présentation du 'Pass' fourni dans les magazines du 10 et du 17 janvier.

Compléments :
> La Liste des Salles participantes.

07/01/2007

10 Canoës, 150 Lances et 3 Epouses (Ten Canoes)

10 CanoesÉloge de l’Équilibre dans un Monde Incertain.

Comme beaucoup de peuples 'premiers', les aborigènes ont une culture complètement orale, et condamnée à disparaître en même temps que les anciens qui la conservent et la transmettent aux générations suivantes. Peu d’entre eux ont eu l’occasion de mettre en œuvre des moyens modernes compatibles avec leurs traditions. Ça a été le cas des Inuits, il y a quelques années, avec "Atanarjuat" (2002), et des Nenets avec "Sept Chants de la Toundra" (2000). On peut également citer certains films d’ethnologues comme Jean Malaurie ("Les derniers Rois de Thulé", 1970) ou Robert Flaherty ("Nanouk l’Esquimau", 1922). A l’inverse, peu de peuples indiens ont eu l’occasion de montrer la réalité de leur culture, sans le prisme déformant d’équipes de réalisations occidentales à but commercial. Le film de Rolf De Heer est donc un évènement particulièrement bienvenu.

L’histoire commence comme celle de "Shrek" ('Il était une fois un marais perdu très très loin d’ici, …'). Mais ici pas de conte de fées. Les aborigènes du nord de l’Australie sont établis dans ces terres depuis des milliers d’années, et vivent en symbiose totale avec ce milieu difficile. Leurs mythes fondateurs y sont enracinés et ne remontent pas aux périodes antérieures à la colonisation de l’île. Le prologue est très instructif pour présenter à l’occidental moyen les bases de leur culture. Basée sur l’autarcie et une économie de subsistance, tout est fait pour ne pas troubler l’ordre et l’harmonie de la Nature.
Le conte est un moyen d’éduquer les jeunes, de valoriser le modèle social, de résoudre les tensions entre membres du groupe. Organisé en clans ne parlant parfois pas la même langue à quelques kilomètres de distance, les aborigènes ont pour principal souci la survivance de l’espèce, le groupe étant prioritaire sur tout individu.

Danse des LancesAdoptant une forme analogue à celle des "1001 Nuits" (le narrateur raconte une histoire dans laquelle un narrateur raconte une histoire), le scénario remonte le temps pour mettre en exergue les règles indispensables en dehors desquelles la vie en société ne serait plus possible. Polygamie, amours impossibles, sorcellerie, chasse, guerre, rites funéraires sont évoqués sans fard autre que celui des peintures corporelles traditionnelles. Le temps s’écoule lentement, le récit s’interrompant quand il le faut pour s’occuper de choses 'sérieuses' [*]. Et c’est dans la durée que les choses importantes émergent, une fois décantées de la futile agitation du monde.

En bref, un très bon docu-fiction, très respectueux de la culture aborigène, et à voir absolument par tous ceux qui sont sensibles à la magie d’histoires intemporelles.

Note: 9/10

[*] Sur un thème semblable, voir également l’excellent "Voyageur et Magiciens" film bhoutanais dans lequel conte et réalité se mélangent pour mieux démêler indispensable et superficialité.

Compléments :
> La Fiche du film sur Wikipedia.
> Le Site du film.
> Critiques sur "CommeAuCinéma", "LeMonde", "LeFigaro", "Telerama", "Excessif", "Fluctuat", "AVoirALire", "LeRoutard".
> Sur les Blogs: "LesIrréductibles", "CafésGéographiques".

30/12/2006

Babel

Babel 2006Des Maux pour le Dire.

"Babel", tour mythique, symbole de la division de l’humanité, trop nombriliste et trop orgueilleuse pour s’entendre et se parler. Comme la plupart des mythes judéo-chrétiens (jardin d’Eden, Déluge, Anges, …) son origine remonte aux premières civilisations mésopotamiennes (probablement la ziggourat de "Borsippa"). Un tel thème a déjà été abondamment utilisé dans des œuvres de fiction. Citons par exemple "Babel 17", excellent roman de Samuel Delany qui explore les relations entre langages et modes de pensée, ou les séries japonaises "Babel II" et "Nadia, Le secret de l'Eau Bleue", sans oublier l’île de Laputa de Jonathan Swift et tous ses dérivés ("Le Château dans le Ciel" de Miyazaki, …). Dans le cadre de leurs films choraux, Alejandro Gonzalez Innaritu et Guillermo Arriaga pouvaient-ils dire quelque chose de neuf sur le sujet ?

L’habileté de ce film est de mélanger les différentes formes de communication dans différents milieux pour en illustrer les importantes similitudes au-delà des nombreuses différences.
On y trouve les bruits des grandes villes et des médias modernes, le silence du désert et des zones montagnes reculées, les rapports humains dans toute leur diversité (employeurs / employés, couples, familles, amis, groupes de voyageurs, procédures bureaucratiques, …). Les foules propices à l’anonymat et aux excès succèdent aux scènes intimistes. Les messages se transmettent, se déforment, se diluent, s’appauvrissent, atteignent rarement leur cible, ont des effets induits souvent malheureux et hors de proportion illustrant parfaitement les lois de causalité à l’origine de ce qu’on appelle le Karma.
De ce point de vue le film est une réussite. C’est malheureusement au prix d’une certaine superficialité, personnages et dialogues étant peu développés, à la limite de la caricature. On a aussi du mal à comprendre la raison de certaines situations aussi surprenantes qu’inutiles pour le propos (nounou mexicaine passant la frontière sans papiers, enfants marocains libidineux, …). L’ensemble reste malgré tout cohérent, et est très bien joué, avec une mention particulière pour Brad Pitt peu habitué à ce genre de rôle tout en finesse.

Rinko KikuchiParadoxalement, la partie la plus réussie est celle qui se passe à Tokyo, et que beaucoup de critiques semblent trouver ‘hors sujet’. Pourtant, quoi de plus ‘parlant’ pour illustrer la difficulté de communication entre humains que le cas de jeunes sourds muets, exclus du système pour ne pas posséder les codes nécessaires aux échanges les plus élémentaires. Ce thème aurait pu être l’objet d’un film à lui tout seul (mais il n’aurait sans doute pas fait beaucoup d’entrées). Les scènes dans la boite de nuit où alternent ressentis des sourds et des bien entendants illustrent particulièrement bien le décalage entre les interprétations d’un même message. On pourra utilement les rapprocher des informations télévisées japonaises sur le prétendu attentat, que tout le monde voit, mais que personne n’écoute. Formatées pour un public international à partir des préjugés en cours, elle ne font que participer au bruit de fond ambiant sans informer qui que ce soit. L’impression qui domine est la solitude de l’individu dans l’immensité de l’Univers, son incompréhension et ses peurs n’ayant pas évolués depuis les temps lointains où s’est construit le mythe de la Tour. Il n’est dailleurs pas anodin que le film se termine dans une forêt de tours tokyoïte (moderne Babylone), tours dans lesquelles l’homme moderne est beaucoup plus atomisé qu’il ne l’était dans les villages horizontaux primitifs.

En résumé, un bon film qui aurait pu être meilleur en évitant la surenchère de situations gratuites, et en approfondissant la psychologie et les relations des personnages marocains et mexicains. Dans le flot de scénarios insipides produits par Hollywood, c’est en tout cas un film à voir en cette fin d’année.

Note: 7/10

Compléments :
> La Fiche du film sur Wikipedia.
> Le Site du film.
> Critiques sur "CommeAuCinéma", "iMedias", "Telerama", "Excessif", "LeMonde", "LeFigaro", "KrinEin".
> Sur les Blogs: "SebInParis", "Matoo", "Niklas", "Cinesia", "InTheMoodForCinema", "RosesDeDécembre", "Critiques Clunysiennes", "CinéManiac".