Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2007

Le Mariage de Tuya (Tu Ya De Hunshi) de Wang Quan An

Le Mariage de TuyaUne Mongolie en Sursis.

Je suis toujours étonné quand je vois des gens, qui ne connaissent rien à l’Asie en général et à la Chine en particulier, exécuter un tel film avec quelques phrases assassines.
"Le Mariage de Tuya" n’est ni un vaudeville exotique, ni un pseudo documentaire, racontant la vie pauvre mais digne de peuplades éloignées de nous, et visant à conforter l’ego d’occidentaux repus et suffisants. Il est plutôt dans la lignée des drames sociaux des autres cinéastes chinois de la 6-ième génération ("Still Life", "The World", "Shanghai Dreams", "Blind Shaft", …). Il n’est pas anodin que le film commence et finisse sur les larmes de Tuya pendant son re-mariage.

L’ambiance y est nettement plus adulte et plus sombre que ce que le public a pu voir dans les films de Byambasuren Davaa ("L’Histoire du Chameau qui Pleure" et "Le Chien Jaune de Mongolie"). Si les paysages sont identiques, ces 2 films essayaient plutôt de (re)faire connaître au grand public occidental une Mongolie (la république indépendante) longtemps oubliée dans le no man’s land russo-chinois.

Tuya's MarriageLa Mongolie chinoise a ceci de particulier qu’il s’y concentre tous les malheurs et les inégalités frappant la Chine d’aujourd’hui.
Il ne faut pas oublier que c’est une "Région Autonome", désignation officielle chinoise pour un pays colonisé, administré et soumis au pouvoir de Pékin, et où les autochtones n’ont pas leur mot à dire, comme au Tibet ou au Xinjiang.
La vie de tous les jours montre sans fard le système à 2 vitesses imposé de l’extérieur.
Si les minorités ethniques ne sont que partiellement soumises à la politique de l’enfant unique (en l’absence de moyens contraceptifs, cette politique est d'ailleurs vouée à l’échec), la préférence donné au garçons par rapport aux filles entraîne un fort déséquilibre démographique, problématique quand il s’agit de se marier.
Les femmes y sont ici, comme dans beaucoup de pays pauvres, condamnées à une double peine de travail, à la maison et dans les champs.
La désertification, et ses conséquences sur la vie de tous les jours (manque d’eau, raréfaction des pâturages, tempêtes de sables), est principalement due aux déboisements massifs effectués pendant les années Mao (Grand Bond en Avant, Révolution Culturelle) quand la productivité avait été privilégiée aux dépends des équilibres écologiques et du respect des populations.
Les riches, c'est-à-dire les colons chinois et les mongols qui collaborent avec l’administration, peuvent prétendre à un niveau de vie correct, avec tous les privilèges que donnent la possession de Yuans et d’un passeport intérieur (véhicules modernes, soins hospitaliers, maisons de retraites décentes, etc.).
Les autres sont condamnés à se vendre (mariage, abandon du mode de vie traditionnel, prostitution, …) ou à s’enfoncer dans une misère matérielle et intellectuelle (pauvreté, alcoolisme, …).

C'est ce que raconte si bien ce film, via le destin individuel d'une petite bergère et de sa famille et leurs déboires tragi-comiques ("L'éclat de rire est la dernière ressource de la rage et du désespoir", Victor Hugo).

Note : 9/10

Compléments :
> La situation en Mogolie Intérieure sur Strates.
> Le site du film.
> Les critiques de CommeAuCinéma, Rue89, LeFigaro, Telerama, Excessif, FilmDeCulte, Critikat, Cinémasie, OrientExtreme, AVoirAlire, NightSwimming, CriticoBlog.

08/10/2007

99 Francs, de Jan Kounen

99 FrancsL'Illusion Comique de l'An 2000.

Le Monde est une Illusion. Celle que notre Esprit se plait à créer sous nos yeux, pour se rassurer d’être vivant, de ne pas être seul, de ne pas être un autre.
Ce n’est pas Jan Kounen qui me démentira, lui qui a laissé tomber le monde lucratif de la pub et du cinéma commercial, pour aller explorer l’univers chamanique, auprès des populations indiennes.

Comme dans un roman de Philip K. Dick, Octave est un rouage important du système (du moins le croit-il) jusqu’à ce qu’il se réveille de son ‘bad trip’, ne sachant plus trop où est la réalité des choses. Kounen et Dujardin connaissent bien le milieu et frappent fort en dénonçant l’élitisme, le fayotage, l’abus de drogues, le racisme ordinaire (surtout pas de noirs à la télé!), la bêtise des donneurs d’ordre, la crétinisation des masses, la lâcheté des individus face à leurs responsabilités (de père, de citoyen, d’amant, …). Mais au-delà de la critique sociale du milieu de la pub et de ses dérives, c’est en effet à un récit initiatique que l’on est convié. Comme l’indique les têtes de chapitres réalisés sous forme de fausses pubs (Je, Tu, Il, Nous, …, Ils), la progression se fait d’un Ego démesuré vers la fusion dans le Grand Tout, via des phases de communion avec les autres (la femme aimée, le chef suicidé, le groupe de collaborateurs, les clients). Les étapes vers l’Éveil se font via des événements dramatiques (rupture, naissance, mort, …) qui ébranlent les certitudes et font apparaître le Monde tel qu’il est. Comme Alice poursuivant le Lapin Blanc, Octave passe à travers le miroir, et se retrouve sur les plateaux de tournage où il prend conscience de la Vacuité du Monde dont il est en partie l’architecte. Quoi de plus artificiel que la famille modèle (danoise ?, suédoise ?) utilisée pour vendre un produit insignifiant ? Quoi de plus trompeur que de prendre une call-girl pour incarner une ménagère de moins de 50 ans ?
Comme Néo dans Matrix (informaticien dans un monde informatique), il se rend compte que les manipulateurs sont aussi des marionnettes qui n’ont aucune prise sur leur vie réelle.
La double fin, si décriée par certains, est une idée particulièrement brillante. Elle montre l’illusion du retour à une ‘vie naturelle’, telle qu’elle a été implantée dans notre subconscient. Le nouveau Robinson, isolé de sa communauté, ne peut qu’aller de déboires en déboires, loin des images paradisiaques confortées par la publicité.

99 FLe mauvais accueil critique de la plupart des médias installés, et de bon nombre d’internautes conformistes, n’est donc pas très étonnant. En son temps "Tout le Monde il est Beau, Tout le Monde il est Gentil" de Jean Yanne avait déjà subi le même style de critiques négatives en s’attaquant de façon corrosive aux milieux médiatiques.
Le contexte est certes un peu daté. De nos jours, le Pouvoir n’est plus chez les fabricants (de yaourts ou autres produits), mais chez les distributeurs (grandes surfaces ou médias audiovisuels). "La Vérité Si Je Mens 2" était dans ce domaine beaucoup plus actuel.
Le fond du problème n’a malheureusement fait que s’aggraver ces dernières années. En industrialisant des procédés plutôt artisanaux, et en analysant de manière toujours plus scientifique le comportement, les motivations et la psychologie des rats de laboratoires que sont les consommateurs, on se dirige de façon de plus en plus certaine vers un monde totalement manipulé à la Fahrenheit 451.
On peut donc remercier Arte et Canal+ pour avoir eu le courage de financer ce futur film-culte, qui ne passera sans doute jamais sur TF1. Ça serait mauvais pour la rentabilité du 'temps de cerveau disponible'.

Note : 9/10

Compléments :
> Le site du film.
> Les critiques de CommeAuCinéma, Excessif, FilmDeCulte, Fluctuat, iMedias (1), iMedias (2), KrinEin.
> Sur les blogs: CriticoBlog, LaSenteurDeL'Esprit, BuzzLine, CultureCafé.

06/10/2007

Films de Rentrée 2007

Après les 'blockbusters' de l'été, plutôt mauvais à l'exception des dessins animés et des films asiatiques, la rentrée est l'occasion de découvrir les petits films qui ont fait le bonheur des festivals au printemps.

Caramel "Caramel" (8/10) : Venus Beauté Institut au Liban. Une galerie de portraits bien représentatifs de la complexité de la société libanaise, vue comme un microcosme de la vie en général. Une chronique douce-amère, pleine d’espoirs pour les jeunes générations, mais plutôt désespérante pour les plus anciens.
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Telerama, Excessif, Fluctuat, FilmDeCulte, LaSenteurDeL'Esprit).

Ceux qui restent "Ceux qui Restent" (8/10) : La Mort inspire décidément beaucoup le cinéma français en ce moment. Après "La Tête de Maman" et "Je vais bien, Ne t’en fais pas", c’est au tour d’Anne Le Ny de se pencher sur ‘ceux qui restent’, victimes collatérales de la maladie et des décès. Un premier film parfaitement maîtrisé, des acteurs au top, pour un scénario pas facile qui oscille sur le fil du rasoir. Mais le ton de chaque scène sonne particulièrement juste, avec beaucoup de pudeur et de non-dits, mais pas de faux-semblants.
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Telerama, Excessif, FilmDeCulte, LaSenteurDeL'Esprit).

Sicko "Sicko" (7/10) : Le Poids des Maux, le Choc des Brûlots. Nouveau menu pour le Big Mike: les assurances-maladie de ses concitoyens. Comme d’habitude, il ne faut pas s’attendre à un réquisitoire en règle, précis et argumenté, mais à une prise à partie émotionnelle et très approximative, effectuée avec la légèreté d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Malgré tous ses défauts, l’exercice est salutaire pour dénoncer les dérives d’un système médical où il vaut mieux tuer les patients pour maximiser les profits et minimiser les recours en justice. Espérons que ce système ne deviendra jamais le nôtre !
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Telerama, Excessif, Fluctuat, FilmDeCulte, KrinEin, DvdCritiques, LaSenteurDeL'Esprit).

4 Mois, 3 Semaines, 2 Jours "4 Mois, 3 Semaines, 2 Jours" (9/10) : Une Palme d’Or méritée pour une tranche de vie sans concession, dans la Roumanie de Ceausescu (mais ça pourrait sans problème se passer ailleurs). Deux excellentes actrices interprétant 2 personnages aux antipodes l’une de l’autre. Autant Ottila est responsable, déterminée, débrouillarde, compassionnelle, autant Gabita (dont le nom Dragut est d’origine ottomane) est passive, infantile, versatile, dépendante, égocentrique. Deux façons de vivre et de prendre en main son destin. Mais combien de personnes, dans notre Europe prétendument si libre et développée, choisissent de ressembler à cette dernière ?
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Telerama, Excessif, FilmDeCulte, SebInParis).

L'Ennemi Intime "L'Ennemi Intime" (8/10) : Amour/Haine, passions meurtrières, divorce sanglant.
Les films français sur la Guerre d’Algérie ne sont pas encore si courants. Une bonne raison d’aller le voir, en plus de la qualité du scénario, de l’interprétation, et de la mise en scène. "L’Ennemi Intime" est le pendant de films comme "Platoon", "Outrages" ou "La Bête de Guerre". Métropolitains comme autochtones, jeunes appelés comme anciens de la 2-ième Guerre Mondiale sont amenés à prendre des décisions qu’ils voudraient rationnelles, mais ne sont en fait qu’imposées par les circonstances. Le héros d’hier (résistant, ancien combattant, …) devient le salaud du moment (tortures, massacres, mutilations, napalm, …), les anciens compagnons d’armes se livrent à une guerre fratricide, en basculant soit d’un côté, soit de l’autre. Le récit est beaucoup moins manichéen que ne le voudraient certaines critiques, ce qui le rend indispensable, et certainement plus utile pour la formation des jeunes que la lecture de la lettre de Guy Moquet.
(Voir critiques sur CriticoBlog, CommeAuCinéma, Afrik, Excessif, Fluctuat, FilmDeCulte, KrinEin, PibeSan, AgoraVox, SkyMaster21).

20:00 Publié dans Ecrans Larges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Cinéma |  Imprimer

29/09/2007

Control, d'Anton Corbijn

ControlClair-Obscur lumineux.

Superbe film d’ambiance retraçant les ombres et lumières de la vie de Ian Curtis, sorte de Rimbaud mort de lassitude et de manque de confiance en lui.
Marié et père trop tôt, écartelé entre 2 femmes, victime de crises d’épilepsie, et de substances diverses, il aura brûlé sa vie comme son glorieux prédécesseur.

Sans mélo, sans forcer la légende, Anton Corbijn retrace de façon quasi documentaire le parcours d’un génie devenu star malgré lui.
La bande son, excellente, permet de remettre chaque tube dans son contexte de l’époque, quand l’Angleterre engluée dans la crise, était aussi sombre que ses corons du Nord-Ouest.

Un film indispensable pour ceux qui ont aimé, aiment ou aimeront Joy Division, groupe phare qui illumina la scène anglaise en générant une nombreuse descendance, à l‘instar des Sex Pistols, des Clash, de Siouxsie, de The Cure ou des Stranglers.

Une occasion pour réécouter ou faire connaître les petits bijoux que sont "Unknown Pleasure" et "Closer".

Note : 9/10

In Memoriam :









Compléments :
> Le site du film.
> Des videos sur Telerama.
> Les critiques de CommeAuCinéma, CourrierInternational, ArteTv, Telerama, Excessif, FilmDeCulte, Fluctuat, Critikat.
> Sur les blogs: CriticoBlog, BlogCulturel, MyGardenState, ShotActu.

22/09/2007

La Vengeance dans la Peau (The Bourne Ultimatum) de Paul Greengrass

La Vengeance dans la PeauJason, Médée et les Dents des Dragons Orientaux.

Un bon film efficace, à défaut d’être facile à suivre si on n’a pas vu les opus précédents et si on est sujet au mal de mer. Il vaut mieux ne pas être trop près de l’écran pour ne pas subir négativement les tremblements de caméra et les images parfois floues.

Néanmoins, au delà d’une relecture moderne du film d’espionnage et d’un enterrement du super-espion play-boy (style 007, MI, xXx, etc.), c’est une série de films qui est plutôt intéressante dans ce qu’elle révèle du subconscient collectif américain, ses angoisses, ses fantasmes sécuritaires.
Jason, c’est le héros qui a conquit la Toison d’Or en Asie Mineure, après s’être allié à la magicienne Médée. Il s’empare de ce trésor après avoir tué les soldats nés des dents du dragon de Cadmos. Mais il finit par se suicider, après que Médée ait tué leurs propres enfants, Jason l’ayant délaissée pour la fille du roi de Corinthe. Faut-il y voir une parabole sur la CIA, puissante mais intransigeante, et qui élimine si facilement les siens (Valérie Plame, par exemple) au moindre dépit lié à sa jalousie maladive ?
En tout cas, Bourne (re-Born ?) c’est cet américain moyen (né dans le Montana) près à tout pour son pays, et qui épouse un monstre déshumanisé, sans se rendre compte qu’il se marie essentiellement pour le pire.

Bizarrement, sur les affiches françaises, ce libellé "Ne Rien Oublier, Ne Rien Pardonner". C’est assez paradoxal de vouloir résumer le récit à cette formule lapidaire, car le parcours de Jason est au contraire de se remémorer ses souvenirs (l’oubli s’est déjà produit), de connaître toute la Vérité, et de pardonner à ses poursuivants aussi ignorants que lui des raisons qui les animent. Le but ultime est de faire triompher la Justice, de faire condamner les faiseurs d’illusions, d’affirmer l’importance du libre-arbitre, de la nécessité de pouvoir décider en toute connaissance de cause, sans se laisser aveugler par de fausses informations élaborées par d’autres.

Bourne UltimatumIl affirme l’importance de l’individu dans la société américaine, et la nécessité d’un contrôle démocratique, à l’opposé des dérives actuelles des services secrets vers un modèle totalitaire, au service d’une oligarchie militaro-industrielle, et où la presse ne peut plus jouer son rôle. Mais il continue paradoxalement à célébrer l’illusion d’une toute puissance technologique qui permettrait en espionnant tout le monde en permanence (téléphones, réseaux informatiques, video-surveillance, …) de repérer et d’identifier toute menace potentielle à la sécurité des Etats-Unis. L’échec de la traque de nombreux terroristes montre pourtant qu’il n’en est rien, et que là aussi, le "Facteur Humain" (Graham Greene, 1978) est et restera toujours un composant indispensable.

Note : 7/10

Compléments :
> Le site du film.
> Les critiques de CommeAuCinéma, Telerama, Excessif, FilmDeCulte, Fluctuat, iMedias, KrinEin, DvdCritiques, CriticoBlog, SebInParis.
> le script revu et corrigé (à ne pas lire avant de voir le film).