Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2010

Festival de l'Imaginaire 2010

Festival Imaginaire 2010Le Patrimoine Culturel Immatériel en Action

 

Comme tous les ans, à la même époque, la Maison des Cultures du Monde (association culturelle dépendant de l'Alliance Française) organise son Festival de l'Imaginaire.

Le but est de faire connaitre des formes scéniques rares ou peu connues, souvent issues d'une tradition ancestrale, souvent pratiquées par des amateurs ou des artistes uniquement connus localement. Le réseau des Alliances Françaises à l'étranger est évidemment fortement sollicité pour faire connaitre de vrais artistes typiques, en dehors des modes imposées par la "Mondialisation".

C'est toujours particulièrement enrichissant, et on peut y voir des spectacles qu'on ne rencontre pratiquement jamais dans les autres salles parisiennes (opéra chinois, théâtre rituel indien, gamelans indonésiens, théâtre d'ombres, cérémonies vaudous, ...).

 

Dans la prochaine livraison, j'aurai tendance à recommander:

. Krishnanattam (Théâtre rituel du Kerala), du 11 au 14 mars à la MCM.
. Ensemble Baramgot (musique coréenne), du 12 au 13 mars à l'auditorium du Musée Guimet.
. "Portrait of Love" (Opéra classique Kunqu) par la compagnie ½Q (Taïwan), du 16 au 17 mars à la MCM.
. Silvia Maria chante le Oaxaca (Mexique), du 22 au 23 mars à la MCM.
. Maîtres du Mohini Attam (Danse classique du Kerala), du 27 au 28 mars à la MCM.
. Bardes du Shirvan (Mugham d'Azerbaïdjan), du 29 au 30 mars àla MCM.
. Liao Wen-Ho et ses Marionnettes Magiques (marionnettes à gaine de Taïwan), du 1 au 5 avril à la MCM.
. Blue Gaze Mento Band (Mento jamaïcain) + DJ set de Winston "Merritone" Blake, du 7 au 8 avril à La Bellevilloise.
. "La Fugue de Zhubun et du Fantôme" (Opéra Nanguan) par le Gang-a-tsui Theater de Taipei (Taïwan), du 13 au 14 avril à l'amphithéâtre de l'Opéra Bastille.
. Cérémonie des moines tibétains du Monastère de Nechung, du 15 au 17 avril à l'amphithéâtre de l'Opéra Bastille.

 

Le programme complet est .

 

NB: Le tarif Abonnés (- 33%) est disponible au guichet de la MCM à partir de seulement 3 spectacles achetés, et permet de bénéficier de tarifs privilégiés pour les saisons en cours de l'Auditorium du Louvre, de l'Institut du Monde Arabe et du Festival d'Ile de France 2010.

 

> Les Festivals précédents sur le site de la MCM.

14/02/2010

Bonne Année du Tigre Blanc

Année du Tigre 2010

Ce 14 février commence en Asie l'année du Tigre de Métal (ou Tigre de Fer, ou Tigre Blanc, selon les pays). Après une année du Rat très remuante, puis une année du Buffle plus tranquille, l'année 2010 devrait renouer avec une remise en question des situations établies.
Politiquement, Chine et USA ont déjà commencé à se défier sur de nombreux sujets. Les Etats-Unis sont-ils toujours ce Tigre de Papier, menaçant mais incapable d'arriver à ses fins ?
Economiquement, nous sommes dans la 2-ième branche d'une reprise en W. Si la crise bancaire est a priori terminée, les entreprises et donc les salariés/consommateurs/contribuables sont loin d'être tirés d'affaire.
Mieux vaut avancer avec précautions, comme le Tigre dans sa forêt.

 

Sur le Net (en plus des liens ci-dessus): LeMonde, LesEchos.

 

NB: La photo a été prise au TIGERS (The Institute of Great Endangered and Rare Species) en Caroline du sud, après l'ouragan Hanna (septembre 2008).
Les bébés tigres de Sibérie ayant été abandonnés par leur mère, ont été élevé par Anjana, femelle chimpanzé de 2 ans.

 

Voir aussi: MegaPortail, TheSun.

13/02/2010

Alexandra David-Néel "Mon Tibet", de Michel Lengliney

Alexandra David-Néel: Mon tibetLe Dragon et la Tortue.

 

En 1997, Jean-Jacques Annaud et Brad Pitt avaient permis de faire connaître au grand public le destin extraordinaire d'Heinrich Harrer, qui avait passé "7 ans au Tibet" auprès du Dalaï Lama.

Il est un personnage tout aussi important dans l'histoire de la région, qui mériterait d'être le sujet d'un grand film d'aventures.

En 1924, Alexandra David-Néel (1868-1969) avait été la première occidentale à atteindre Lhassa, alors totalement interdite aux étrangers.

Femme aux vies multiples, A.D-N avait entamé à 43 ans une carrière d'exploratrice en Asie, avoir été, entre autres, suffragette anarchiste en Europe et chanteuse lyrique à l'opéra de Hanoï.

 

"Mon Tibet" se déroule pendant les 10 dernières années de sa vie, à l'occasion de 3 moments clés : l'arrivée de Marie-Madeleine Peyronnet (29 ans en 1959), la situation 7 ans après, et la dernière année d'A.D-N à Samten Dzong.

 

Un auteur pas très connu et une petite salle de Montparnasse pouvaient faire craindre à une pièce de seconde zone. La renommée des 2 actrices laissait cependant augurer de quelque chose d'intéressant, et le bouche à oreille commençait déjà à alimenter un buzz très élogieux.

 

Hélène Vincent (un César pour "La Vie est un Long Fleuve tranquille") et Emilie Dequenne (Prix d'interprétation à Cannes pour "Rosetta") sont complètement dans la peau de leurs personnages. L'évolution de M-M.P, qui s'affirme progressivement, professionnellement et humainement, face au Dragon qu'est A.D-N est particulièrement bien rendu. Le 'pitch' est en partie celui de "Tatie Danielle", en beaucoup plus drôle, plus émouvant et plus intéressant sur le plan historique.

Les bons mots et les vacheries fusent, rythmant les souvenirs des pérégrinations passées et les problèmes liés au grand âge. Les connaisseurs de l'oeuvre d'A.D-N se retrouveront en terrain connu, mais les autres trouveront également beaucoup d'intérêt à cette confrontation entre 2 femmes que pratiquement tout oppose, sauf leurs caractères aussi affirmés d'un côté comme de l'autre.

 

La mise en scène est également particulièrement efficace, sans temps morts, et sachant jouer aussi bien avec l'avant-scène qu'avec les éléments du capharnaüm disséminé sur le plateau.

La pièce est relativement courte et ne présente que quelques faits représentatifs de la vie des 2 femmes. Ça pourra sembler trop court à ceux qui connaissent en détail les tribulations d'Alexandra ou le travail impressionnant de M-M.P à la tête de la Fondation Alexandra David-Néel.

Mais l'essentiel est là, mettant bien en valeur la psychologie des personnages, et l'ensemble dégage une émotion palpable, mesurable aux applaudissement fournis accompagnants les nombreux rappels.

 

Reste le mystère impénétrable de la vie d'A.D-N. Elle était devenue une des meilleures connaisseuses occidentales du Bouddhisme. Elle fut ordonnée lama après avoir suivi tout le cursus nécessaire (y compris une retraite dans une grotte du Sikkim, ravitaillée 2 fois par an). Elle pouvait discuter d'égale à égal avec les plus grandes sommités intellectuelles du bouddhisme tibétain de l'époque.

Pourtant, elle fut incapable de juguler son Ego et, jusqu'à la fin, fut autoritaire, égoïste, cassante, blessante, incapable d'être en harmonie avec son entourage, persécutant la seule personne capable de la supporter.

Comme dans la fable, c'est la "Tortue" qui a gagné la course, en se révélant finalement plus bouddhiste que sa compagne de route partie avant elle.

 

Note: 9/10


Compléments :
> "Dix ans avec Alexandra David-Néel" de Marie-Madeleine Peyronnet.
> Le documentaire "Alexandra David-Néel: du Sikkim au Tibet Interdit" (1992) qui suit Marie-Madeleine Peyronnet au Sikkim dans le monastère où Alexandra David-Néel avait fait une retraite.
> Les avis de WebtheaLaBoiteASorties, TheatrothèqueLes3Coups, TheatroramaTheatrauteur, FroggysDelightCritikator, Tinou.

 


Alexandra David Néel racontée
envoyé par Be-Noot.

30/01/2010

Tempest: Without a Body, de Lemi Ponifasio

Tempest: Without A Body de Lemi PonifasioButô Samoan.


Un monolithe sombre surplombe la scène.
Mais pas celui de "2001, l’Odyssée de l’Espace" qui apportait aux singes les clefs de leur avenir futur dans la communauté des espèces intelligentes de l’Univers.
Là, c’est plutôt l’Etoile Noire, symbole d’un pouvoir impérialiste et colonisateur, celui des occidentaux ayant ‘découvert’ les îles du Pacifique.
Sous son influence, l’homme debout est amené à se courber, pour finir complètement couché.
Le sang des populations locales rougit la stèle.
Un Ange aux ailes brisées a beau hurler son désespoir, il ne peut pas faire grand chose, sinon purifier/sanctifier le sang versé et recueillir le cadavre d’un homme-animal mort d’avoir trop tourné en rond dans sa cage.

 

C’est esthétiquement sombre, beau, fascinant, ça ressemble au Butô de Sankai Juku en un peu plus dynamique.
Danses polynésiennes, sans chants et sans colliers de fleurs, se mêlent aux rituels hakas, dans des tuniques noires de style plutôt chinois (du temps des Concessions).
Les mélopées évoquent celles des rituels bouddhistes.

Le problème est que ça reste très hermétique pour le spectateur lambda.
Il faut avoir lu le dépliant (trop succinct) pour savoir que l’Ange est inspiré d’un tableau de Paul Klee (l’Angelus Novus), ou que la photo projetée est celle d’Ahmed Zaoui, intellectuel algérien réfugié en Nouvelle-Zélande.
La référence à Shakespeare est aussi moins parlante pour un français qu’elle ne le serait outre-manche.
Sinon, pas de traductions, même pour le pamphlet du chef maori Tame Iti, diatribe anti-colonialiste adressée (paraît-il) à la reine d’Angleterre.
Il aurait fallu être un peu plus explicatif. Mettre des sous-titres aux moments les plus opportuns, ou mettre la traduction dans la brochure, en indiquant au moins succinctement le contexte historique et politique propre aux Samoas, que bien peu de français seraient capables de mettre sur une carte.
Déportations de bagnards, évangélisation forcée, essais nucléaires (de Bikini à Mururoa), pollution des mers, mort des barrières de coraux, submersion des iles à cause du réchauffement climatique, …, l’Océanie a connu bien des déboires depuis le 19-ième siècle.
C’est bien d’en parler. Encore faut-il s’assurer d’être compris.

 

Compléments :
> Le spectacle sur les sites du Théatre de la Ville et de la companie MAU.
> Dossier Pdf du Grand T (Nantes).
> Les avis de Libération, LeMonde, LesEchos, LeNouvelObsObiwi, ConfitureDansLesOreilles, BienCulturel.

 

17/01/2010

Concours Photo Nikon Zen

Nikon ZenDu Zen dans un Monde de Fous

Vous êtes photographes et avez sous la main une photo exprimant d'une manière ou d'une autre un certain état d'esprit zen ?

Ceci peut vous intéresser : Nikon et estheticfactory.fr organisent un concours de photographies doté de plusieurs appareils photos Nikon.

Pour participer, rien de plus simple. Il suffit de:
- s'inscrire.
- uploader 1 photo (jpeg, gif ou png, au maximum 1500 * 1500 pixels et 300 Ko).
- attendre le verdicts des jurys.

 Cinq prix sont prévus:
- celui attribué par les internautes.
- celui d'un jury de professionnels qui choisira la meilleure des 20 photos ayant recueilli le plus de votes.
- celui attribué par un panel de "blogueuses influentes".
- celui attribué à la blogueuse la plus influente.
- celui attribué à un internaute tiré au sort.

Les critères de sélection sont les suivants:
- le respect du thème "Du Zen dans un Monde de Fou" (corps et décor).
- la créativité du cliché.
- la qualité artistique de l'image.
- la qualité technique de la photo.

Les votes auront lieu du 19 au 31 janvier, pour un résultat annoncé le 2 février. Il est éventuellement possible de commenter les photos.

Tous les détails sur http://estheticfactory.aef.info/nikon/.

20:00 Publié dans Actualité, Images, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zen, photo, nikon |  Imprimer