Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2008

Sagan de Diane Kurys

Sagan de Diane KurysLe Vide, Mode d’Emploi.

Françoise Sagan est une écrivain qui a eu son heure de gloire, dans un contexte d’après-guerre où le statut de la femme française était encore peu important, et qui a finit par se trouver dépassée par les évolutions de son époque.

Qui donc, dans la génération actuelle, lit encore Sagan, en dehors des travaux scolaires obligés ? Le film de Diane Kurys évite intelligemment les références trop marquées à son oeuvre littéraire pour se consacrer à son environnement social.
Le récit de sa vie se focalise donc sur celui de sa déchéance, celui d’un petit génie adolescent à qui tout réussi sans l’avoir vraiment voulu, et qui finit par vivre un inexorable déclin, accompagné des abus liés à cette condition (alcool, drogue, jeu, sexe, …).

Tout surdoué est confronté à la difficulté de se maintenir au même niveau, sans fournir un effort destiné à compenser son dilettantisme. Que seraient devenus Rimbaud ou Mozart s’ils avaient dû vivre jusqu’à un âge avancé ?
S’adapter au monde suppose de faire des compromis. Avoir un Ego important ne favorise pas les relations équilibrées. Sagan préfère souvent s’entourer de profiteurs et de pique-assiettes qui lui renvoient une image d’elle conforme à ses attentes. Les amis sincères et dévoués finissent par disparaître, victime des intrigues ou de la maladie. Ne restent plus que ceux qui ont décidé d’exploiter la marque Sagan à leur profit exclusif.
Le film rend plutôt bien cette atmosphère de superficialité et d’aveuglement, avec des seconds rôles peu développés, qui passent rapidement dans une fuite en avant à la fin nécessairement tragique. Dommage pour les excellents acteurs (Palmade, Balibar, Dombasle, ...) chargés de cette mise en musique, mais c’est assez justifié par le script.

Là où le film touche un point sensible, c’est dans l’aspect révolutionnaire qu’a pu avoir Sagan à son époque. Jeune bourgeoise libérée, puis femme à la bisexualité affirmée, nul ne doute qu’elle a pu avoir une influence au moins aussi grande que la Simone de Beauvoir du "Deuxième Sexe". Malheureusement, après Mai 68, le monde de Sagan n’est sans doute plus en adéquation avec un monde réel, beaucoup plus populaire et anglo-saxon. Ne restent donc que la dépendance aux drogues, à la présence des autres et au succès, et la difficulté d’engendrer de nouveau. Angoisse de la page blanche et enfant quasi abandonné se rejoignent dans un vide qui finit par de refermer sur elle. Si son fils était devenu écrivain, il aurait sans doute produit une œuvre proche de celle de Michel Houellebecq (également abandonné par sa mère, Lucie Ceccaldi).

Un superbe film à voir donc pour la performance de Sylvie Testud, qui a su parfaitement exprimer l’essence de Sagan, et la re-visitation intelligente et très proustienne d’une époque que beaucoup de moins de 40 ans ne doivent sans doute pas connaître.

Note : 9/10

Compléments :
> Le site du film.
> Les critiques de CommeAuCinéma, LeMonde, NouvelObs, Telerama, Ozap.
> Sur les Blogs: InTheMoodForCinéma, SurLaRouteDuCinéma, CinéJulien.

27/06/2008

Nneka: No Longer At Ease

No Longer At Ease de NnekaCoup de Coeur: La Belle et le Beat.

Le Nigéria est apparemment un bon terreau pour la musique, avec notamment des chanteuses à la voix en or (Asa, Ayo, ....) ou des contestataires célèbres (Fela & fils).
Une nouvelle preuve à découvrir du côté de Nneka, artiste germano-nigérianne alliant avec bonheur pop, folk, soul, rap, hip-hop, électro, reggae, afrobeat, ... avec une énergie communicative et des paroles qui ne font pas honte à l'étudiante en anthropologie.
Quand le mélange entre toutes ces influences est aussi réussi, on ne peut que succomber.

Le 2-ième album est disponible en France depuis avril 2008. Ceux qui ne connaissent pas pourront également pencher une oreille attentive sur "Victim of Truth", sorti fin 2005, qui est tout aussi excellent.

> Radio Nova: Faire Connaissance avec Nneka, du Lundi 16 juin 2008:



Clips:

> No Longer At Ease (medley promotionnel):



> HeartBeat :

Nneka - Heartbeat sélectionné dans Musique et Clips


> Nneka live à "Libération" :



Compléments:
> Nneka sur MySpace.
> Sur le Web: Libération, SoundNation, LeBlogMusique, Solidays, BicheHype, MusicIsAboutFreedom, Oanisha.

20/06/2008

Alive, de Sa Ding Ding

Alive de Sa Ding DingLa Nouvelle Voix des Steppes.

Pour certains, la chanson bouddhiste se limite aux chants gutturaux de vieux moines tibétains accompagnés d'une musique assez primaire et répétitive. Quelques tentatives dans le domaine de la musique techno/transe (Kitaro, Mandala, ...) n'ont pas donné jusqu'à présent de résultats vraiment probants et véritablement populaires.
Heureusement, les choses sont en train de changer grâce à une artiste chinoise que certains commencent à comparer à Björk, mais qui pourrait aussi faire penser à Lene Lovich.

D'origine sino-mongole, Sa Ding Ding s'inspire des traditions musicales tibéto-mongoles pour proposer une musique au goût du jour (occidentalo-globalisant) avec un art de la mise en scène propre à intéresser et satisfaire un grand public adepte de la scène et de MTV.

Le résultat est assez spectaculaire. Les clips mettent plutôt bien en valeur le fond culturel du centre de l'Asie.
- "Alive" est très proche des derniers grands films à succès se passant dans le FarWest sino-mongol ("Tigre et Dragon", "Mongol", "Wu Ji", "7 Swords", ...).
- "Lama Chenno" est une superbe revisitation du thème de Guanyin, Bodhisattva aux 1000 bras et aux 1000 yeux, qui danse au coeur d'un mandala invoqué par un vieux moine.

Album disponible en Grande-Bretagne depuis septembre 2007, sortie prévue en France fin Juillet 2008.

Clips:

> Alive (version sanskrite):



> Lama Chenno (version tibétaine):



Compléments:
> Le site anglais de Sa DingDing.
> Voir aussi sur : MySpace et son blog (en chinois).
> Sur le Web: L'Hebdo, PeterGabrielRealWorldNews, AsianPopCorn.

14/06/2008

Chemins d’Orient (Espace des Arts Mitsukoshi)

Chemins d’OrientVoyages Picturaux le Long de la Route de la Soie.

De 1992 à 2001, les magasins Mitsukoshi nous avaient régalés avec la crème de la crème des artistes japonais (notamment de nombreux "Trésors Nationaux Vivants"). Puis, leur espace d’exposition parisien s’était mis en hibernation, au point qu’on pouvait craindre une fermeture définitive.
Mais, non. Reprise en 2006, la programmation semble redevenir régulière avec 2 expos par an, sur des périodes malheureusement un peu courtes.

En ce moment, nous avons la chance de pouvoir découvrir une rétrospective de HIRAYAMA Ikuo, peintre traditionnel japonais [*] au parcours un peu hors du commun.
Irradié à Hiroshima, premier bénéficiaire d’une bourse de l’Unesco pour étudier en Europe, ayant multiplié les voyages dans tous les pays de la Route de la Soie, il promeut l’universalité de l’Art et la nécessité de l'Echange et de la Mémoire. Il fait d'ailleurs partie des personnalités qui oeuvrent sans relâche pour la préservation du patrimoine culturel mondial.

Vision de la Terre Pure de l’Ouest (Hôkai-ji, Hino)

La sélection de ses œuvres présentées à l’espace Mitsukoshi-Etoile est assez représentative de son style et de sa carrière (Route de la Soie, peintures bouddhistes, scènes traditionnelles japonaises), malgré un échantillon nécessairement réduit par la taille des salles d’exposition.
Seuls regrets : que les grands tableaux soient un peu à l’étroit (manque de recul), et que le sens logique d’accrochage ne soit pas toujours respecté. Il est dommage par exemple que le but des caravanes allant de l’Est vers l’Ouest soit une représentation de Kyoto, alors que l’exposition du "Hirayama Ikuo Silk Road Museum" y met la toile du Forum Romain.

Malgré tout, l’ensemble est superbe, et indispensable pour tout amateur parisien d’Art japonais.

[*] Nihon-ga : peinture effectuée avec des poudres minérales extrêmement diluées dans un liant organique (colle). On multiplie les couches (parfois une centaine) pour donner de l'opacité et de la nuance.

Compléments :
> L'expo sur le site de l'Espace des Arts Mitsukoshi.
> Le site de l'Expo.
> D'autres tableaux de Hirayama Ikuo sur Galery-Sakura.
> L'expo sur le web: Artscape, Dandylan, ArtMichiko, Asia-Tik.

11/06/2008

Stress, de Justice

Stress de JusticeChasse aux Sorcières et Justice Expéditive.

Grosse polémique en ce moment sur le clip du groupe "Justice" intitulé "Stress".
Je suis assez surpris par la mauvaise foi de pas mal d'intervenants, qui nous sortent les arguments les plus politiquements corrects possibles et dénient à Romain Costa-Gavras, le réalisateur du court-métrage, le droit d'exprimer sa vision artistique des choses.

Le clip original complet:



Le groupe et sa société de production Kourtajmé (pourtant peu suspecte de rouler pour le Front National) semblent avoir été pas mal dépassé par les évènements et la campagne de dénigrement qui s'en est suivi. A qui profite le crime ?

Tentative (maladroite) d'explication par le groupe Justice (interview disponible sur FredMusa.com):



Pourtant de "Orange Mécanique" à "C'est arrivé près de Chez Vous" en passant par "Dobermann" et "Irréversible", nombreuses sont les fictions à avoir essayé de dénoncer les violences de notre société en grossissant le trait, sans omettre de laisser des clefs assez visibles pour qu'on ne puisse pas le confondre avec un film de propagande fasciste. Mais la décérébration de la société par le journal de 20 heures semble avoir particulièrement bien fonctionné. Il ne reste à personne un peu de temps de cerveau disponible pour analyser ce qu'il voit ?

Une analyse (en image) particulièrement pertinente:



Voir également l'analyse de l'oBservatoire, ainsi que la réaction de Chris Marker sur Poptronics à la plainte stupide du MRAP.

On se souvient par ailleurs des 'reportages' dans les banlieues bidonnés par les télés françaises au moment de la campagne électorale pour les présidentielles 2007. Ce qui est est admis dans le cadre d'un pseudo-reportage d'une chaîne de télévision devrait-il être interdit dans le cadre d'un projet artistique destiné à dénoncer ce genre de pratiques ?


Compléments:

> Orange Mécanique de Stanley Kubrick:



A l'époque, ça paraissait choquant. Mais vu ce qu'on voit régulièrement au cinéma ou à la télé, et sans aucun recul, ça semble remonter à une éternité.

> C'est arrivé près de chez vous:

Attention: vouloir prendre cet extrait au premier degré risquerait de conduire à une interprétation particulièrement contraire au propos du film.



La dénonciation de la télé-réalité et de ses excès était déjà à l'époque assez prophétique. La fin du clip de Romain Costa-Gavras y fait d'ailleurs explicitement référence (le caméraman qui tombe sur le sol).

> La Parodie de MusiquePostBourgeoise:



A voir avant que Jean S. et ses minets de Neuilly ne portent plainte pour le faire interdire. Voir des fils à papa nettoyer des voitures de prolos dans les banlieues, ça relève en effet d'un crime de lèse-majesté!

> La parodie 'zonarde' de Thomas VDB: