Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2006

La Science des Rêves (The Science of Sleep)

Une Histoire en Carton Pâte et Bouts de Ficelle.

"Eternal Sunshine of the Spotless Mind" avait placé Michel Gondry parmi les réalisateurs les plus prometteurs du moment. Après des clips remarqués pour Björk ou les Chemical Brothers, il avait signé un des chefs d’œuvre du film d’Amour absolu. Romantique en diable, il inventait avec une créativité débridée un monde certes cruel, mais où la Sensibilité finissait par l’emporter sur la Raison, où les Lois de Causalité triomphaient sur les petits arrangements avec la Réalité.

On attendait donc avec impatience sa nouvelle réalisation. Malheureusement, selon son humeur, on y verra un verre à moitié vide ou à moitié plein.
Si la fantaisie, l’inventivité, les trouvailles visuelles sont toujours là et sont un régal pour les yeux, on a l’impression que la machine fonctionne sans but vraiment défini.
Description d’une amorce de relation entre deux 'artistes' aussi immatures l’un que l’autre, on ne fait que tourner en rond autour des peines de cœur réelles ou supposées des deux protagonistes. Comme pour "Changement d'Adresse", l’originalité visuelle et les prestations des acteurs sauvent heureusement le film, plombé par son scénario trop insignifiant. Au lieu de vouloir tout faire lui-même, Gondry aurait mieux fait de s’entourer de vrais scénaristes (comme Charlie Kaufman pour "Eternal Sunshine …").
A voir en tout cas pour les nombreuses séquences oniriques superbes qui parsèment le film.

Note : 6/10

Compléments :
> Fiche Cinéfil.
> Le site du film.
> Les critiques du film sur "DvdCritiques", "Fluctuat", "iMédias", "Excessif", "EcranLarge", "LeMonde", "Telerama", "CommeAuCinéma", "AvoirAlire".
> Sur les blogs: "CultureCafé", "MatooBlog", "L'ArtManiaque", "BlogCulturel", "NiklasBlog", "AuBoutDuMonde".

20:00 Publié dans Ecrans Larges | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Cinéma |  Imprimer

12/08/2006

Stay

Compte à Rebours vers la Mort.

Henry, jeune étudiant en Beaux-arts, a décidé de mourir dans quelques jours. Un psychiatre va tenter de comprendre pourquoi, et essayer d’empêcher que cela arrive. Mais peut-on empêcher l’inéluctable ? La Vie n’est-elle pas une illusion qui finit par se dissiper tôt ou tard ?

Il est des films qui ont du mal à percer auprès du grand public. Scénarios un peu difficiles pour une audience habituée à des intrigues simplistes et à des personnages caricaturaux. Sujets qui sortent de l’ordinaire du film hollywoodien pour adolescents attardés. Le grand représentant de cette tendance est David Lynch ("Blue Velvet", "Twin Peaks", "Lost Highway", ...), mais on pourrait citer de nombreux autres longs métrages qui ont nourri la même polémique ("Le Nouveau Monde", "Syriana", ...).

"Stay" fait partie de cette longue lignée de films à clef dont il est difficile de parler sans dévoiler l’intrigue. Pendant toute sa durée, il nous conduit sur ce qui semble être des fausses pistes, et accumule des situations à priori incohérentes. Sur ce plan, on peut le rapprocher d’œuvres telles que "Mulholland Drive", "The Machinist", "La Boîte Noire", "Dédales" ou "6-ième Sens". Malgré tout, à la fin tout s’éclaire, on s’aperçoit que tout était logique et s’explique de façon tout à fait rationnelle.
Il est par ailleurs servi par une belle brochette d’acteurs, confirmés comme Ewan McGregor, Naomi Watts, Bob Hoskins, ou prometteurs comme Ryan Gosling.

Ceux qui aiment le cinéma de 'divertissement' ne l’apprécieront sûrement pas, mais les amateurs d’énigmes qui ne se résolvent que dans les dernières images, aimeront sans doute se perdre dans ce labyrinthe new-yorkais, filmé avec beaucoup de talent, où l’atmosphère déroutante se conjugue avec une belle leçon de philosophie.

Note : 8/10

Compléments :
> Fiche Cinéfil.
> Le site du film.
> Les critiques du film sur "Fluctuat", "iMédias", "Excessif".
> Sur les blogs: "PlumeNoire", "KrinEin", "SurLaRouteDuCinéma".

05/08/2006

Nos Voisins les Hommes (Over the Hedge)

Pop-Corn Movie.

Les dessins animés de l’été se suivent et ne se ressemblent pas. D’un côté, on peut mettre Pixar ("Toy Story", "Monstres & Co", "Nemo", "Les Indestructibles", ...) et le studio Ghibli ("Porco Rosso", "Princesse Mononoke", "Le Château dans le Ciel", "Le Voyage de Chihiro", "Le Château Ambulant", …) qui alignent imperturbablement les chefs d’œuvre. De l’autre, on trouve quelques outsiders comme Dreamworks ("Shrek"), la Fox ("Anastasia", "Titan AE") ou Disney, qui sortent de temps en temps un film au dessus du lot, mais dont le reste de la production est en général d’une qualité très moyenne.
Cette année, la règle est de nouveau vérifiée. Outre l’excellent "Nausicaa" (1984) de Miyazaki qui sera enfin en août sur les écrans français, et le très bon "Cars" qui a pris la 'pole position', sort également "Nos Voisins les Hommes", dernier opus de Dreamworks après des "Gang de Requins" et "Madagascar" particulièrement décevants.

L’argument est le même que celui de "Pompoko", un très bon Ghibli de 1994, sorti en France au début de l’année. Des animaux sauvages se retrouvent envahis par la 'civilisation', représentée par des banlieues uniformes. Mais là où les japonais multiplient les variations sur des thèmes écologiques, sociologiques, culturels, fantastiques, alternant les phases comiques et dramatiques, les américains se contentent de réaliser un 'buddy movie' très terre à terre, doublé d'une satire très-très légère, qui ne laissera pas un grand souvenir dans les mémoires. Là où les ratons laveurs japonais luttent pour préserver leurs traditions et leur mode de vie, les bestioles américaines choisissent de succomber dès le départ à la société de consommation et à sa 'junk-food'. Le film se réduit alors à enchaîner les blagues de potaches, un peu scatologiques, qui caractérisent les films pour adolescents américains. On reste dans un style très disneyen, avec beaucoup de bons sentiments familiaux et la rédemption finale du méchant pas si méchant que ça. Le thème du mur qui sépare les nantis des affamés auraient pourtant pu fournir l’occasion de nombreuses allusions à l’actualité (frontières Mexique/USA, Afrique/Europe, Palestine/Israël, Chine/Hong-Kong, …). Même les personnages ont des airs de déjà-vus [1]. "Nos Voisins les Hommes" est donc à ne voir que si on n’a rien d’autre à se mettre sous la dent, ou pour occuper les enfants un jour de pluie ou de canicule.
Les amateurs de dessins animés ambitieux, après avoir vu "Cars", attendront donc plutôt le 23 août, pour voir enfin sur grand écran ce qui est sûrement le meilleur de tous les Miyazaki.

Note : 6/10

[1] Par exemple, l'écureuil fou (typique de Tex Avery), dopé à la caféine exactement comme dans "HoodWinked" !

Compléments :
> Fiche Cinéfil.
> Le site du film.
> Les critiques du film sur "EcranLarge", "Fluctuat", "iMédias", "DvdCritiques", "Excessif".
> Sur les blogs: "RegardBleu", "LaSenteurDeL'Esprit", "Cinemag".

23/07/2006

Vol 93 (United 93)

Faits et Fiction, Réalisme et Réalité.

Avec le développement du trafic aérien dans les années 70, était né un nouveau genre de films axé sur le sensationnel et le morbide, prétexte à des huis clos angoissants et donnant lieu au fil des ans à une surenchère d’effets spéciaux. Derniers spécimens du genre: "Destination Finale", "Flight Plan" ou "Des Serpents dans l’Avion", de bons nanards qui montrent bien qu’il est difficile d’innover sans tomber dans le grotesque.

Il y avait donc tout lieu d’être inquiet en apprenant, dans la foulée d’autres films 'patriotiques', le projet américain de reconstituer la destinée du vol "United 93", le 11 septembre 2001.
Heureusement c’est à Paul Greengrass ("Bloody Sunday", "La Mort dans la Peau"), que la réalisation a été confiée. En adoptant un style de docu-fiction, il a habilement évité les écueils du genre. Les acteurs sont soit de parfaits inconnus, soit jouent leur propre rôle (beaucoup de contrôleurs aériens). Pas d’héroïsme déplacé, pas d’effets spéciaux incongrus, pas de musique grandiloquente. Seuls sont montrés la banalité des faits, la routine des comportements, l’aspect ordinaire des personnes prises au piège d’une situation que personne ne maîtrise. A la différence de nombreux suspenses artificiels, l’émotion naît de la connaissance du dénouement final, et de la description méticuleuse de la machine infernale que rien ni personne ne pourra arrêter (contrôleurs débordés, militaires dépassés, décisionnaires absents, …). La tragédie se nourrit du sang des victimes innocentes, et de l’inéxorabilité du Destin.
L’image est fruste et privilégie les gros plans de façon à renforcer l’aspect réaliste du film. La caméra est à hauteur d’homme, bouge et tremble comme le ferait un témoin invisible.

Le contraste est total avec les plans larges de CNN qui, en occupant au maximum l’espace et le temps, prétend informer et montrer une 'Réalité' objective, mais échoue totalement dans ses objectifs, ceux qui regardent ses images étant incapables de les interpréter.
En faisant abstraction du 'bruit de fond' médiatique, qui pollue toute émission télévisée 'de flux' (reportage ou télé-réalité), le cinéma permet de retrouver les informations pertinentes et d’apporter une vraie explication aux événements du '09/11'.

En résumé, "Vol 93" se révèle une excellente reconstitution qui ringardise complètement tous les films du genre, ainsi que toutes les prétentions des télévisions à être le média de 'la Vérité'.

Note : 9/10

Compléments :
> Les enregistrements de la Boite Noire du vol.
> Un témoignage de Ben Sliney.
> Pour les rapports entre la forme et le fond des médias, voir "Pour Comprendre les Médias" de Marshall MacLuhan.

> Fiche Cinéfil.
> Les sites du film: américain et français.
> Les critiques du film sur "EcranLarge", "Fluctuat", "iMédias".
> Sur les blogs: "SebInParis", "SurLaRouteDuCinéma", "LaSenteurDel'Esprit", "GloubiBlogua", "AuBoutDuMonde".

19/07/2006

The Passenger

Voyage au Bout de l'Ennui.

Sur le papier, tout semblait intéressant. Une coproduction franco-nippo-canadienne avec un bon casting international. Une sélection à Cannes et à Locarno. Un scénario qui promettait beaucoup en confrontant les univers des mafias japonaises et canadiennes, sur un fond de désenchantements amicaux et sentimentaux.

A l’arrivée, on regrette de s’être fait berné par les (quelques) critiques favorables. On est en présence d’un premier long métrage français typique, qui cherche à faire de l’artistique façon ‘nouvelle vague’, mais sans avoir ni le talent, ni l’inventivité de ses prédécesseurs. Les dialogues sont réduits à leur plus simple expression, les acteurs (volontairement) inexpressifs, les décors tristes et gris. Résultat: c’est creux, mou, incohérent. Le scénario, aux situations déjà peu explicites, est de plus handicapé par un montage épileptique, où de très brefs flash-backs se succèdent sans aucune logique, entre deux longs plans pendant lesquels il ne se passe rien.

Si le but était de faire un film ennuyeux, reflet des crises existentielles du monde moderne, c’est réussi. Mais le vendre comme étant un thriller psychologique, c’est vraiment prendre le spectateur potentiel pour un pigeon. Heureusement, il n’est à l’affiche que dans très peu de salles, et ne devrait pas y rester très longtemps. Quand à François Rotger, ex-photographe de mode n'ayant pas compris que le cinéma n'est pas seulement une succession d'images, il vaudrait mieux éviter ses prochaines réalisations.

Note : 3/10

Compléments :
> Fiche Cinéfil.
> Le site du film.
> Les critiques du film sur "LeMonde", "Excessif", "AVoirALire", "Nihon".
> Sur les blogs: "Matoo", "NiklasOnLine", "MHF", "Zohilof".