Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2006

Mémoires de Nos Pères (Flags of Our Fathers)

Flags of Our FathersLe Prix du Sang, La Valeur du Mensonge.

Qu’est ce qu’un Héros ? Celui qui a survécu ? Celui qui a une 'belle' mort ? Celui dont on se souvient pour l’éternité ? Ou celui que l’on doit respecter pour avoir été fidèle à des valeurs (liberté, démocratie, …) censées être représentées par le drapeau qu’on hisse à la face du monde ?

Comme tout bon récit de guerre, ce film de Clint Eastwood est une belle réflexion sur la valeur du sacrifice, les liens indéfectibles entre les combattants, les profonds traumatismes qui habitent à jamais les survivants. On est évidemment loin de l’héroïsme imbécile des films de propagande hollywoodiens sponsorisés par le Pentagone (Pearl Harbour, En Territoire Ennemi, …). Il se situe au contraire dans la lignée des nombreux films ayant traité de la Guerre du Vietnam (Voyage au Bout de l’Enfer, Apocalypse Now, Platoon, …), mais ne s’arrête pas à l’aspect psychologique et moral, au ras du sol, traditionnel dans ce genre de long métrage.

Ce qui est nouveau, c’est la prise en compte des aspects économiques et politiques de la Guerre. On l’avait déjà vu pour des guerres à visée purement impérialiste ou coloniale (JarHead, …), mais c’est assez nouveau pour la Seconde Guerre Mondiale, censée être une guerre 'morale', noble et altruiste, uniquement destinée à libérer le monde 'libre' des méchants nazis/fachos/jaunes/rouges (rayer les mentions inutiles).
En se plaçant dans les coulisses du pouvoir, dont le but est de trouver impérativement des fonds pour financer les industries d’armement, on éclaire les combats d’un jour nouveau.
L'impératif n’est pas de fournir aux armées les moyens de battre les ennemis (on se satisfait parfaitement de la nombreuse chair à canon pour suppléer au manque de munitions), mais de réaliser une belle opération financière (les War Bonds) accompagnée d’une opération de relations publique (drapeau/monument accaparé par les Marines au dépends de la Navy).
Les 'Héros' ne sont plus que des éphémères vedettes de télé-réalité, mis en lumière pour promouvoir le produit, et rejetés dans l’ombre dès qu’on n’a plus besoin d’eux. Peu importe d’ailleurs qu’ils aient été sur la photo, ou que le récit diffusé dans les chaumières soit conforme à la réalité ou non.

Mémoires de nos PèresTechniquement, le récit est une longue suite de flash-back rendant bien compte de l’état d’esprit des protagonistes, tiraillés entre vie présente et souvenirs du passé. Les seules séquences à ne pas être au niveau sont celles où le fils enquête pour interviewer les survivants et qui rallongent le film inutilement.
Plus que le devoir de mémoire dû à nos pères (comme le laisse penser la mauvaise traduction du titre), ce film est un étendard dressé contre la manipulation des esprits par les médias, comme on a encore pu la voir lors de l’invasion de l’Irak.
La seconde partie du diptyque (Lettres d’Iwo Jima) devrait renforcer cet aspect, en présentant le point de vue des japonais qui, bien que poussés à des comportements fanatiques, sont quand même morts eux aussi 'héroïquement' pour la défense de leur territoire.

Note: 8/10

Compléments :
> L' histoire de la célèbre photo prise à Iwo Jima.
> La Fiche du film du Wikipedia.
> Le Site du film.
> Critiques sur "CommeAuCinéma", "DvdCritiques", "FilmDeCulte", "Télérama", "Excessif", "iMédias", "EcranLarge", "Fluctuat", "AVoirALire", "ChronicArt", "Evene".
> Sur les Blogs: "KrinEin", "SurLaRouteDuCinéma", "HellJohn", "LaSenteurDeL'Esprit", "SebInParis", "ARebours".

28/10/2006

The Queen

The Queen EIILe Jeune Loup et la Vieille Lionne.

"Le vrai Pouvoir ne se prend pas, il se reçoit", telle pourrait être la morale de l’histoire nous conte Stephen Frears dans son dernier long métrage, plus proche d’un docu-fiction que d’un film traditionnel, mais excellemment réalisé quand même. Il y relate la confrontation entre un jeune politicien aux dents longues, fraîchement élu premier ministre, et une vieille reine mise sur le trône malgré elle, et dernière représentante d’une longue lignée de monarques riches et puissants.
D’un côté, le travail, l’affairisme, le clientélisme, la nécessité de plaire pour exister, la remise en cause permanente, la tendance à toujours se mettre dans le sens du vent qui souffle.
De l’autre, la tradition, le protocole, les rites immuables, une autorité incontestée, un entourage servile, une richesse incommensurable, l’absence de précarité et de questions sur l’avenir.

La mort de Diana est l’occasion de montrer combien le régime britannique est resté à l’écart de l’évolution du monde moderne. Alors que la Presse se déchaîne, que l’opinion est manipulée par les médias, chacun se positionne selon son intime conviction.
Elisabeth II est une super mammy plutôt sympathique, un peu dépassée par les événements, qui pense beaucoup à ses petits enfants, qui ne dédaigne pas conduire elle-même sa Rover (sans même un garde du corps), qui pense d’abord à la dignité de sa charge avant toute chose ("Duty first, Self Second").
Tony Blair est plus ambigu. Elu travailliste, il se démène pourtant en faveur de la royauté, en opposition totale avec sa femme et ses conseillers. Il est néanmoins en phase avec une monarchie plus moderne, telle que la rêve le prince Charles et certains membres du palais royal. Il est encore novice, multiplie les impairs protocolaires, mais sait instinctivement jouer avec les sentiments des autres pour les amener là où il veut.

Elisabeth vs BlairLa reconstitution de cette chaude semaine est parfaite, mélangeant des images d’archives impressionnantes et émouvantes, avec la reconstitution de scènes privées auxquelles tout le monde a rêvé d’assister. Plus qu’une amorce de révolution (les anglais ne semblent vraiment pas prêts à passer à un régime républicain), on assiste à un vrai combat entre les Anciens et les Modernes, entre ceux qui cherchent à préserver de fausses apparences et ceux qui essaient d’insuffler un peu plus de chaleur humaine entre gouvernants et gouvernés.
La scène du cerf est particulièrement intéressante de ce point de vue. Roi de la forêt, symbole du Pouvoir dans les rites druidiques, il est dans le film pourchassé en vain par les chasseurs royaux et blessé à mort par un vulgaire roturier. Les temps ont changés. En acceptant ce fait et en acceptant d’apparaître plus humaine avec ses 'sujets' (comme HiroHito en 1945), la Reine sauve son trône et remporte finalement une bataille mal engagée.
La scène finale, adoubement de Blair par Elisabeth, consacre cet état de fait. Si Blair a gagné 10 ans de vie au 10 Downing Street, la grande gagnante est la reine qui en lâchant un peu a sû préserver l’essentiel. Les idées de Diana, "princesse du peuple" qui condamnait cette mascarade, ont été enterrées avec elle.

Note: 8/10

Compléments :
> La Fiche du film du Wikipedia.
> Le Site du film.
> Critiques sur "CommeAuCinéma", "DvdCritiques", "FilmDeCulte", "Télérama", "Excessif", "iMédias", "EcranLarge", "AVoirALire", "ChronicArt".
> Sur les Blogs: "CriticoBlog", "SurLaRouteDuCinéma", "HellJohn", "LaSenteurDeL'Esprit", "SebInParis", "LieuxCommuns", "PibeSan".

17/10/2006

Une Vérité qui Dérange (An Unconvenient Truth)

Unconvenient TruthChronique d’un Désastre Annoncé.

Al Gore est l’ex-futur président des USA, comme il plait à se présenter de façon ironique, son destin politique ayant été contrarié par les mœurs électorales bizarres des machines à voter de Floride (dont le gouverneur est Jeb Bush), et le penchant droitier des juges de la Court Suprême (dont beaucoup nommés par les Bush). Du coup, ça lui a donné beaucoup de temps libre pour s’intéresser à un sujet qui lui tient particulièrement à cœur, le réchauffement de la Terre.
Depuis 5 ans, il parcourt donc les États-Unis et les grandes villes de la planète, pour un cycle de conférences extrêmement bien fait, très pédagogique, bien documenté et à la portée de tous. Ce sont ces conférences qui forment l’ossature de ce documentaire, entrecoupées de réflexion sur sa vie et son engagement politique.

Il présente l’ensemble des faits disponibles, illustrés et commentés de façon claire (schémas, photos, vidéos), avec un humour qu’on ne lui connaissait pas. Il réfute les arguments bidons invoqués par les lobbys pétroliers via des campagnes de désinformation dans les médias grand public. Il explique les mécanismes en jeu, les preuves incontestables accumulées depuis des années (fontes des glaciers et des banquises, augmentation des températures, des ouragans et cyclones, …). Il souligne les conséquences prévisibles si rien n’est fait pour renverser la tendance (montée des eaux, dérèglements climatiques et écologiques, ressources en eaux et en terres agricoles). Il rappelle les succès passés dans le domaine du trou de la couche d’ozone, maintenant de l’histoire ancienne grâce à l’interdiction des CFC. En s’obstinant à ne pas s’aligner sur les critères de Kyoto, les USA sont même en train de creuser la tombe de toute leur industrie automobile, moins efficace en terme de performance et de propreté écologique que tous les pays émergents, Chine comprise.

Katrina 2005Le point faible de son raisonnement est l’appel à la responsabilité civique des citoyens pour obliger les politiques à prendre le problème à bras le corps. On sent bien, sous sa foi en la Raison et la Démocratie, un discours pessimiste et désabusé ainsi qu’une certaine lassitude à devoir sans cesse rabâcher les mêmes évidences. Le parallèle avec l’industrie du tabac est particulièrement intéressante. Malgré l’implication personnelle de certains, malgré la multiplication des cancers du poumons, malgré des lois de plus en plus restrictives, il reste toujours difficile, même aux États-Unis, d’éradiquer un tel fléau.
Tant que l’intérêt général sera amené à s’effacer devant l’égoïsme et les intérêts particuliers de certains privilégiés (individus ou sociétés), il est à craindre que la situation actuelle continuera à se dégrader jusqu’à atteindre un niveau insupportable. Il n’y a donc plus qu’à attendre que Manhattan soit sous quelques mètres d’eau, suite à la fonte des glaciers polaires pour espérer voir les américains se réveiller enfin. Mais ne sera-t-il pas déjà trop tard ?

Note: 9/10

Compléments :
> La Fiche du film du Wikipedia.
> Le Site du film: un très bon complément au documentaire.
> Critiques sur "CommeAuCinéma", "Fluctuat", "FilmDeCulte", "Télérama", "Excessif".
> Sur les Blogs: "404BrainNotFound", "Libé", "Niklas", "Matozzi", "Nessy", "RéflexionsDuMiroir".
> Le réchauffement des pôles sur le "Magazine de la Recherche Européenne".

15/10/2006

Le Parfum: Histoire d'un Meurtrier (Das Parfum - Die Geschichte eines Mörders)

Un "Monstre" qui veut nous mener par le Bout du Nez.

Difficile de représenter au cinéma, un récit principalement basé sur des sensations olfactives. Peu de films se sont risqué sur ce terrain glissant ("Parfum de Femme" et son remake "Le Temps d’un Week-end"). N’ayant pas lu le roman (je me méfie des 'best-sellers' encensé par ceux qui ne lisent que ça), je ne pourrais malheureusement pas faire la différence entre ce qui appartient à Süskind et la vision qu’en a faite Tom Tykwer. Mais le film forme un tout cohérent, qui se suffit à lui-même.

La première heure est particulièrement réussie. En combinant gros plans, montage serré avec une alternance de plans sur les objets sentis ou leurs supports (mouchoirs, flacons, …) et des images fortes (crasse, vomi, ordures, …) le film arrive à suggérer les odeurs de façon très réaliste (du moins si vous avez une mémoire olfactive normalement développée). L’aspect visuel est alors particulièrement soigné, avec un Paris du 18-ième siècle crédible et bien reconstitué. L’humour noir qui baigne le récit est alors très en phase avec les scènes décrites. Seuls points négatifs une voix off trop présente, et l’aspect particulièrement énervant d’une musique plutôt pompeuse.

La deuxième partie est plus classique, et perd malheureusement ce qui faisait l’originalité du début. Si les décors des environs de Grasse (apparemment tournés en Espagne) sont bien rendus, le scénario devient très répétitif, enchaînant les meurtres de façon métronomique, et on finit par s’ennuyer de ces longueurs. On aurait pu alléger cette partie, qui constitue le ventre mou du film. L’intérêt est heureusement relancé par la découverte du meurtrier, mais les 2 scènes de fin, grandiloquentes et ridicules, laissent dans les yeux un goût de bâclé et d’inachevé. Le casting est néanmoins très bon, avec une mention spéciale pour Ben Wishaw très convaincant dans un rôle quasi autistique.

Sur le fond, "Le Parfum" est un objet bizarre qui mêle plusieurs influences. On retrouve le mythe du monstre de Frankenstein, créature a-morale et innocente, qui recherche le sens de sa vie et tue presque malgré elle (le premier meurtre, ou la scène avec le chat par exemple). C’est aussi l’histoire d’un être incomplet (sans odeur, sans sentiments) qui cherche par la chimie à accéder à la complétude. On y trouve aussi la quête des alchimistes pour obtenir leur 'Pierre Philosophale', le parfum ultime remplaçant le philtre d’Amour Universel en tant que 'Grand Oeuvre' à accomplir (Cf. aussi "Dr Jekyll et Mr Love" de Jerry Lewis). L’aspect messianique est également très marqué. Grenouille, ange déchu et diabolique (tous ceux qui se sont servi de lui meurent immédiatement dès qu’ils ne lui sont plus utiles), cherche à subjuguer la communauté des hommes en créant un Graal artificiel à partir d‘extraits sélectionnés de Vierges. Son supplice est censé se passer sur une croix. Sa mort est l’occasion d’accéder à une condition divine en faisant don de sa chair et son sang. C’est aussi un être asexué, son attrait pour les femmes se limitant à leur odeur (leurs phéromones). La partouze finale (homo et hétéro mélangés) lui montre son échec. S’il est reconnu comme un être supérieur, il est définitivement exclu du genre humain, incapable de participer à ce qui est le critère fondamental dans la définition d’une espèce (la capacité de reproduction via le sexe). A en juger par les réactions sur les blogs, ce film semble d’ailleurs avoir particulièrement marqué les communautés gays et lesbiennes, assez sensibles à ce thème.

Note : 6/10

Compléments :
> Le Site du Film.
> "Le Parfum": le 'best-seller' de Patrick Süskind, dont est tiré le film.
> Les critiques de "CommeAuCinéma", "iMedias", "Fluctuat", "Excessif", "FilmDeCulte", "EcranNoir", "EcranLarge", "AvoirAlire", "Horreur.com".
> Sur les blogs: "Krinen", "SebInParis", "Matoo", "Niklas", "Ah!QueLaVieEstBelle", "BlackPulse", "Klendal", "Kestendi", "Orpheus".

07/10/2006

Films de la Rentrée 2006

Retour de Vacances, Rattrapages Cinématographiques.

Pas beaucoup de chefs d'oeuvres à se mettre sous la dent ces dernières semaines, mais quelques petits films sympathiques qui sortent du lot, en attendant une fin d’année qu’on espère plus dynamique.

> "Je Vais Bien, Ne t'en Fais Pas" (9/10) : Une bonne surprise dans une production française généralement médiocre, nombriliste et qui ressasse les mêmes thèmes éculés. Là, le scénario est assez simple et suit l’évolution d’une jeune fille qui devient adulte à la suite de la disparition mystérieuse de son frère jumeau. Les acteurs principaux sont excellents, que ce soit Kad (bien meilleur que dans ses bouffonneries habituelles) ou Mélanie Laurent (la 'pin-up' de "Dikkenek"). Un film très sentimental, dans le bon sens du terme, qui laisse une impression de bien-être à la "Amélie Poulain". En prime une satire intelligente de la vie de banlieue, très réaliste et qui nous change des états d’âmes des riches bourgeois du quartier latin.
(Voir aussi : "Telerama", "EcranLarge", "KrinEin", "BlogCulturel", "Niklas", "MonFestivalDuCinéma", "Cinémapolis").

> "Indigènes" (7/10) : Le film évènement de la rentrée. 60 ans après les faits, la France se penche sur son passé et parle enfin de ceux qui étaient restés dans l’ombre jusqu’à présent. Le film en lui-même est assez classique, proche du "Soldat Ryan" de Spielberg. Plutôt réaliste, malgré le handicap de Jamel Debbouze, trop manifestement incapable de porter un fusil. A voir plus pour le sujet et la performance des acteurs (palme d’or à Cannes), plutôt que pour le scénario sans surprises. Le film n’a d’ailleurs fait aucune étincelle en dehors de la France. Il aura en tout cas le mérite d’avoir été le premier et d’avoir incité le gouvernement français à réévaluer la pension des vétérans étrangers. Rachid Bouchareb devrait maintenant préparer un film sur les Harkis. Ça permettra peut-être à la France de regarder en face la période des décolonisations.
(Voir aussi: "Excessif", "Fluctuat", "FilmDeCulte", "EcranLarge", "DvdCritiques", "iMédias", "SebInParis").

> "Little Miss sunshine" (8/10) : La dernière petite perle du cinéma indépendant américain. C’est drôle, c’est bien joué, c’est assez féroce avec l’American Way of Life, ses espoirs déçus et ses laissés pour compte. On regrettera seulement sa morale très (trop) familiale. Mais pour un premier film, il n’y a pas grand-chose à jeter. (Voir aussi les chroniques de "DvdCritiques", "FilmDeCulte", "iMédias", "Excessif", "EcranLarge", "Cinémapolis").

20:00 Publié dans Ecrans Larges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Cinéma |  Imprimer